Imprimer
Catégorie : Imprimerie
Affichages : 2953

Un témoignage sur l'état des connaissances sur la Turquie au début du XIXe siècle
« C’est à peu près en 1728 qu’une imprimerie turque a été établie à Constantinople par Ibrahim-Effendi, originaire polonais.

Le premier livre qui sortir de cette imprimerie fut un traité de l’art militaire,  dont le comte de Bonneval fournit les matériaux à Ibraim-Effendi : c’était, dit-on, en 1729. Parut en turc, en 1730, l’expédition contre les Aguans. Cette imprimerie nous a enrichis d’une bonne histoire ottomane en turc, d’une grammaire turque expliquée en français, et d’autres ouvrages utiles et curieux. On a dit imprimerie turque parce qu’il existait antérieurement d’autres imprimeries à Constantinople, puisque nous avons des livres hébreux imprimés dans cette ville longtemps avant 1728.

L’imprimerie turque n’a pas subsisté longtemps, parce qu’elle nuisait au commerce de la librairie manuscrite ; on a prétendu que l’on viendrait à imprimer l’Alcoran, qu’il s’y glisserait des fautes, et on tirait de là des conséquences à l’infini. On allégua aussi dans le divan qu’il serait inouï de voir imprimé le nom de Dieu avec une encre dans laquelle il entre du fiel de bœuf ; enfin cette imprimerie n’a guère duré qu’environ 25 à 30 ans.

Je lis, dans le Magasin encyclopédique du 21 germinal an 10, que, « dans l’imprimerie turque qui a existé à Constantinople depuis les deux dernières années, sous la protection du sultan Selim, on imprime maintenant un Dictionnaire des langues turque, grecque, latine, française et persane, 3 volumes in-folio, dont une centaine de feuilles sont déjà imprimées. Il y a en outre, dans cette ville, deux imprimeries grecques,  sous l’inspection du patriarche Neophylus ; mais on y imprime que des livres d’église. »

extrait du "Dictionnaire raisonné de bibliologie", page 315,  G. Peignot, 1802