Cette liste de près de 100 ouvrages imprimés à Istanbul/Constantinople fut établie par l'historien autrichien Hammer-Purgstall pour son Histoire de l'empire ottoman, tome XIV, 1839, pages 492-507

On trouve les listes des ouvrages publiés à Constantinople dans Toderini, dans la préface du nouveau dictionnaire de Meninski, et dans l'aperçu sur la littérature ottomane, de Eichhorn (Histoire de la Littérature). M. Bianchi a publié, d'après le catalogue des manuscrits orientaux déposés à la bibliothèque impériale de Vienne, la liste des ouvrages qui ont été imprimés à Constantinople, depuis l'introduction de l'imprimerie en Turquie, jusqu'en 1820. Nous donnons ici la liste de ces ouvrages en la complétant et dans leur ordre chronologique, pour faire connaître au lecteur tout ce que l'imprimerie établie à Constantinople en l'année 1728, a produit dans le cours d'un siècle, c'est-à-dire, jusqu'en l'année 1830.

1° Loughati Wankouli, dictionnaire arabe-turc par Wankouli, imprimé en 1141 (1728), 2 vol. in-fol., le premier de 666 pages, le second de 756.

2°. Tohfetoul-koubar fi esfaril-ebhar, c'est-à-dire, présens aux grands pour la connaissance des guerres maritimes, par Katib Tschelebizadé Hadji Khalfa; imprimé en 1141 (1728); 75 feuillets in-4°.

3°. Tarihhi Seyyah, c'est-à-dire le livre du Voyageur; on trouve dans cet ouvrage l'histoire du renversement de la dynastie des Saffis par les Afghans; il a été traduit du latin par l'auteur lui-même, le jésuite polonais Krusinski, pour le grand-vizir Ibrahim-Pascha, et publié par le renégat hongrois, Ibrahim, directeur de la première imprimerie qui ait été établie à Constantinople, 97 feuillets in-4°.

4°. Tarikhi Hindi Garbi, c'est-à-dire, histoire de l'Inde occidentale, imprimé en l'année 1242 (1729), avec une carte et quelques gravures sur bois; 1 vol. in-4° de 91 feuillets. 

5°. Tarikhi Timour Gourgan, c'est-à-dire, histoire de Timour Gourgan, par Nazmizadé, imprimé en 1142 (1729); un vol. in-4° de 129 feuillets. 

6°. Tarikhi Missr kadim ou djedid, c'est-à-dire, histoire de l'ancienne et de la nouvelle Egypte, par Souheïli; l'impression de cet ouvrage fut terminée le 1er silhidjé 1124 (mi-juillet 1730). 2 vol. in-4°, le premier de 65, le second de 51 feuillets.

7°. Gûlscheni Khoulefa, c'est-à-dire, le parterre de roses des khalifes, par Nazmizadé; imprimé le i,r safer 1143 (16 août 1730); petit in-fol. de 130 feuillets.

8°. Grammaire turque ou méthode courte et facile pour apprendre la langue turque, avec un recueil de noms, de verbes, et des locutions les plus usuelles, suivi de plusieurs dialogues familiers, à Constantinople, 1730. 1 vol. in-4° de 194 pages, par le jésuite Holdermann et imprimé sous la direction d'Ibrahim Mouteferrika.

9°. Oussoul-oul-hikem fi nizamil-oummem, c'est-à-dire, principes philosophiques relatifs à l'ordonnance des armées, imprimé en mi-schâban 1144 (mi-février 1732); un volume petit in-4° de 48 feuillets, traduit en français par le baron Rewiczki, sous le titre suivant: Traité de la tactique ou commandement militaire; à Vienne, 1769, in-8°.

10°. Fouyouzati Miknatisijé, c'est-à-dire , les effluves magnétiques, imprimé dans les premiers jours de ramazan 1144 (fin-février 1732), petit in-4° de 23 feuillets.

11°. Djihannuma, c'est-à-dire l'aspect du monde, par Katib Tschelebi Hadji Khalfa; cet ouvrage fut écrit sous le règne du sultan Ibrahim et terminé sous le sultan Mahmoud, pendant le grand-vizirat d'Ali-Pascha. Le continuateur Mouteferrika Ibrahim qui se donne, page 3, le surnom de El-djografi (géographe et directeur de l'imprimerie impériale), s'est servi de l'ouvrage de Behram de Damas; imprimé le 10 moharrem 1145 (3 juillet 1723); un vol. in-fol. de 698 pages avec 12 planches et 39 cartes.

12°. Takwimet-tewarikh, c'est-à-dire, les tables de l'histoire, par Hadji Khalfa, imprimé le Ier moharrem 1146 (14 juin 1733); un vol. grand in-4° précedé de la biographie de l'auteur, mort en 1069 (1658). Cet ouvrage fut continué jusqu'à l'année 1146(1735), et contient la liste de cent huit dynasties, celle des souverains qui les composent, et la date des années de leur fondation et de leur extinction. On y trouve encore la liste des Sultans, jusqu'à Mahmoud Ier; celle des grands-vizirs jusqu'à Ali-Pascha, en 1144 (1733); celle des mouftis jusqu'à Damadzadé Scheïkh Ahmed-Efendi, en l'année 1144(1732); celle des grands-juges de Roumilie et d'Anatolie, jusqu'à Mouhieddin Ibn Magnesia en 1145 (1732); celle des précepteurs des princes du sang jusqu'à l'année 1121 (1709); celle des chefs des schérifs jusqu'à l'année 1146 (1733) ; celle des juges de Constantinople jusqu'à l'année 1145 (1732); celle des gouverneurs d'Egypte jusqu'au silihdar Mohamined-Pascha en 1146 (1733); celle des kapitan-paschas jusqu'à Djaniim Khodja en 1146 (1733), et celle de l'aga des janissaires jusqu'à Moustafaaga en 1145 (1732). Il n'existe de ce précieux ouvrage, qu'une traduction italienne peu fidèle, faite sur la première édition, qui est malheureusement incomplète ; elle est intitulée : Cronologia historica scritla in lingua Turca, Persiana et Araba da Hazi Halife Mustafa, e tradotta nell' idioma Italiano da gia Rinaldo Carli nobile Justinopolitano e Dragomano delia serenissima Republica di Venezia. In Venetia, 1697. Un vol. in-4° de 206 pages.

13°. Tarikhi Naïma, c'est-à-dire, histoire de Naïma; elle va jusqu'à l'année 1001 (1592), a volin-fol. Le premier, imprimé en mi-moharrem 1147 (mi-juin I734),forme 701 pages; le second, imprimé en mi-djemazioul-ewwel 1147 (mi-octobre 1734), formant 910 pages, relate les événemens qui se sont écoulés depuis l'année 1101 (1592), jusqu'à l'année 1050 (1640); un appendice de seize feuillets non numérotés sur la révolution de 1703, contient l'histoire contemporaine à partir de 1051 (1641) jusqu'en 1070 (1659).

14°. Tarikhi Raschid, c'est-à-dire, histoire de Raschid. 3 vol. in-fol. Le premier, imprimé le 1er silhidjé 1153 (17 février 1741), forme 277 feuillets et contient l'histoire ottomane depuis 1071 (1661), jusqu'en 1115 (1703); le second, imprimé le 1er silhidjé 1153 (17 février 174O) forme 194 feuillets et contient l'histoire des faits accomplis depuis 1115 (1703) jusqu'en 1130 (1717); le troisième, imprimé à la même date, contient dans 114 feuillets celle des événemens qui se sont passés depuis 1130 (1717), jusqu'en 1134 (1721).

15° Tarikhi Tschelebizadé Efendi, imprimé à la même époque que l'ouvrage précédent, contient l'histoire des faits accomplis depuis 1135 (1722), jusqu'à 1141 (1728). Un vol. de 108 feuillets.

16° Ahwali Ghazewat der diouri Bosna, c'est-à-dire, tableau des guerres de Bosnie, par le juge Omer-Efendi, publié par Ibrahim, le 1er moharrem 1145 (19 mars 1741). Un vol. petit in-4° de 62 feuillets; traduit en allemand sous ce titre: Die Kriege in Bosnien wœhrend den Feldzügen (guerres en Bosnie pendant les campagnes) de 1737, 1738 et 1739. Vienne, 1789.

17° Lizanoul adjem, c'est-à-dire, la langue persane, ou dictionnaire turc-persan de Schououri; imprimé en 1155 (1742), 2 vol. in-fol.: le premier de 454, le second de 451 feuillets. Il contient 22,550 mots et 22,450 distiques persans cités comme exemples. 

Après la publication de cet excellent ouvrage, l'imprimerie de Constantinople chôma pendant quatorze ans. Mais, durant le même espace de temps, elle avait produit en tout dix-sept ouvrages formant un total de vingt-trois volumes dont on avait tiré 12,500 exemplaires; le Wankouli et Tohfet furent seuls tirés à 4,000 exemplaires, tous les autres ouvrages ne furent imprimés qu'à 500 exemplaires. Elle recommença ensuite ses travaux par la réimpression 

18° Du Loughati Wankouli (dictionnaire turc-arabe de Wankouli); imprimé en 1169 et 1170 (1755 et 1756). 2 vol. in-fol., le premier de 371, le second de 430 feuillets.

Après cette réimpression, l'imprimerie turque chôma de nouveau pendant vingt-deux ans, et ne recommença ses travaux qu'en 1783, avec des caractères et des presses usés. Depuis cette époque, jusqu'en 1828, elle publia les ouvrages suivans :

19° Tarikhi Sami wé Schakir wé Soubhi, c'est-à-dire, histoire de Sami, de Schakir et de Soubhi, depuis l'avènement de Mahmoud 1er en 1143 (1730), jusqu'à la fin de l'année 1156 (1743). Un vol. in-fol. de 238 feuil., imprimé en 1198 (1783).

20°. Tarikhi Izi, c'est-à-dire, histoire de l'historiographe de l'Empire Izi, depuis l'année 1157 (1744), jusqu'à l'année 1163 (1750). Un vol. in-fol. de 288 feuil.; imprimé en 1199 (1784)

21°. Irabol Kiafiet li Seïnizadé, c'est-à-dire, Commentaire grammatical sur la célèbre syntaxe d'Ibn Hadjbi, par Seïnizadé. Un volume in-4° de 748 pag., imprimé en 1200 (1785). Ce même ouvrage fut aussi imprimé à Rome. Il est dit dans sa préface relative au rétablissement de l'imprimerie à Constantinople, sous la direction de Raschid et de Wassif-Efendi, que cet ouvrage a été imprimé sur le manuscrit autographe de l'auteur, déposé à la bibliothèque d'Aatif-Efendi, pendant le grand-vizirat de Yousouf-Pascha et sous l'administration du moufti Ahmed-Efendi.

22°. Une traduction turque de l'ouvrage de Vauban sur l'art de fortifier, d'attaquer et de défendre les places fortes, entreprise parordre du grand-vizir Izet Mohammed-Pascha qui précéda au pouvoir Melek Mohammed-Pascha; imprimé en 1206 (1791).

23°. Une traduction turque du traité de Vauban sur l'art du mineur. Un vol. in-fol. de 24 feuil., orné de mauvaises gravures; imprimé en mi-djemazioul-ewwel 1208 (décembre 1793); sans titre. 

24°. Une traduction turque de Bélidor. Un vol. in-fol. de 40 feuil.; imprimé comme la précédente sous le grand-vizirat de Melek Mohammed-Pascha et sous le moufti Es-Seïd Mohammed Aarif-Efendi Dürrizadé, à ce qu'il paraît, en l'année 1208 (1793).

25°. Lehdjetoul loughat, c'est-à-dire, le Son des mots, ou dictionnaire turc-arabe et persan; par Mohammed Essaad-Efendi; imprimé en 1210 (1795). Un vol. in-fol. de 851 pag.

26°. Sou tisalesi, c'est-à-dire, Traité sur l'eau, par le dervisch Ilafid, appelé aussi Aaschirzadé-Efendi, en 14 feuil.; imprimé en 1112 (1797). Cette petite brochure dans laquelle l'auteur disserte sur la bonté des fontaines de Constantinople, ne se trouve plus dans les librairies de cette capitale.

27°. Tohfeï Wehbi, c'est-à-dire, présent de Wehbi; imprimé en 1213 (1798), brochure de 55 pages et de 55 chapitres, dont le dernier indique les principales métaphores de la langue persane. 

28°. Tableau des nouveaux règlemens de l'Empire ottoman par Mahmoud-Efendi , imprimé par Abdourrahim-Efendi, nouveau directeur de l'imprimerie et professeur de géométrie et d'algèbre à Constantinople. Un vol. in-fol. de 60 pag. avec 26 planches gravées sur cuivre, en 1213 (1798).

29°. Tebyani Najii terdjoumeï Bourhani katii, c'est-àdire, Explication utile de la traduction de la preuve tranchante ou traduction du dictionnaire persan-turc d'Ibn Khalef de Tebriz, arrangé pour les Turcs par Ahmed Aassim; un vol. in-fol. de 863 pag. Cet ouvrage, imprimé en 1214 (1799), contient 21,004 mots recueillis dans cinquante dictionnaires persans; c'est le même qui a paru en anglais et en persan. 

30°. Scherhi tohfeï Wehbi, c'est-à-dire, commentaire sur le présent de Wehbi; par Ahmed Hyati-Efendi, imprimé en 1215 (1800). Un vol. in-4° de 503 pag.

31°. Telkhissoul eschkial, c'est-à-dire, Explication des figures, ou traité sur les mines; par Mouseïn Rifki de Taman, second maître (khalif) à l'école de géométrie instituée par Sélim III; imprimé vers la fin de schewwal 1215 (mars 1801); un vol. in-4° de 20 feuilles, orné de 7 planches gravées sur cuivre. Cet ouvrage est dédié au sultan Sélim III.

32°. El-risalet fil-hendeset, c'est-à-dire, Traité géométrique avec sept planches gravées sur cuivre; imprimé en 1217 (1802). 

33°. Sibheï Sibian, c'est-à-dire, Chapelet à l'usage des garçons ou petit glossaire arabe et turc, appelé aussi Mahmoudiyé, propre à exercer la mémoire des jeunes gens; par Mahmoud; un vol. grand in-8° de 33 pag. Imprimé en 1216 (1802).

34°- Tables des logarithmes sans pagination, sans indication de lieu et sans date d'impresssion; in-8° de 136 feuil.

35°. Tables pour le calcul du jet des bombes, in-8° de 273 pag.

36°. Oussouli Hendesé, c'est-à-dire, Principes de géométrie, traduit de l'anglais de Bonneycastle, par Houseïn Rifki; sans désignation du lieu et de l'année d'impression. Un vol. in-4° de 272 pag.

37°. Medjmouatoul-Mouhendisin, c'est-à-dire, Collection à l'usage des arpenteurs ou principes de la géométrie pratique, par le précédent. Un vol. in-4° de 293 pag.

38°. Imtihan oul-Mouhendisin, c'est-à-dire, Examen des arpenteurs, par le précédent; imprimé à Scutari en 1217 (1802). Un vol. in-4° de 115 pag.

39°. Tarif des droits de douane que les négocians de Sa Majesté l'empereur de toutes les Russies doivent payer dans les États de la Sublime-Porte, sur les marchandises d'importation et d'exportation, traduit et mis en ordre alphabétique par Antoine Fonton , jeune de langues au service de Sa Majesté Impériale. Constantinople 1802. Fol. 53 Seiten. 

40°. Moudrrib ol-izhar, c'est-à-dire, celui qui joint à VIzar des terminaisons arabes; par Houseïn Mahmoud Seïnizadé. Un vol. in-4° de 326 pag.; imprimé à Scutari le ierdjemazioul-ewwel 1218 (sept. 1803). C'est un commentaire de l'ouvrage intitulé Isharoul esrar (Révélation des mystères) ; par Birgeli.

41°. Diatribe de l'ingénieur Moustafa sur l'état actuel de l'art militaire, du Génie et des sciences à Constantinople, imprimée tins la nouvelle typographie de Scutari, fondée par le sultan Sélim III, imp. A. II. 1218 (1803), et publiée sous un pseudonyme par les frères Argyropolo.

42°. La Traduction turque de l'atlas géographique anglais de Faden, avec une explication en turc et 24 cartes; imprimée en 1219 (1804).

43°. Risaleï Birgewi, c'est-à-dire, Traité de Birgewi ou catéchisme turc, tiré du manuscrit de Birgewi déposé au Serai; imprimé à Scutari au mois de djemazioul-akhir 1218 (septembre 1803). Petit in-4° de 86 pag.

44°. Djewheri behiyel Ahmediyé fi scherh-il wassiyet-il Mohammediyé, c'est-à-dire, Joyaux recueillis par Ahmed, pour servir de commentaire aux exhortations de Mohammed. Un vol. in-4°de 315 pag., imprimé à la fin de rebioul-ewwel 1219 (commencement de juin i8r4); c'est un commentaire ou catéchisme de Birgeli, par Kazizadé Istambollou Ahmed-Efendi, imprimé sous la direction d'Abderrahman-Efendi.

45°. Feraïd oul-fewaïd fi beyanil akaïd, c'est-à-dire, Perles des avantages de l'interprétation des articles de foi; par Ahmed Ben Mohammed Emin. Cet ouvrage est dédié à la sœur du sultan Sélim III, la sultane Khadidjé; imprimé à la fin du mois de rebioul-akhir 1219 (fin juin 1804). Un vol. in-4° de 298 pag.

46°. Mahasinoul-asar wé hakaïk-oul-akhbar, c'est-à-dire, les Beautés des monumens et les vérités des histoires; par l'historiographe Ahmed Wassif-Efendi. Cet ouvrage est une continuation de l'histoire d'Izi et va depuis l'année 1i66 (1752) jusqu'à l'année 1188 (1774), 2 vol. in-fol. : le premier de 327, le second de 315 pag.; imprimés au mois de schâban 1219 (novembre 1814), sous la direction du muderris Abderrahman-Efendi.

47°. Schourout ess-salawat, c'est-à-dire, les Conditions de la prière. Un vol. petit in-8° de 23 pag., imprimé au mois de raraazan 1219 (décembre 18o4).

48°. Scherhi Awamili djedidi Birgewi, c'est-à-dire, Commentaire sur le nouveau traité de Birgewi sur les verbes de la grammaire; par Housseïn Ben Ahmed Seïnizadé. Un vol. in-8° de 118 pag., imprimé mi-moharrem 1220 (mi-avril 1805).

49°. Tohfetoul-akhwan, c'est-à-dire, les Présens des frères; autre commentaire sur le nouvel Awamil de Birgeli; par le scheïkh Moustafa Ben Ibrahim. Un vol. in-8" imprimé à la fin du mois de djemazioul-ewwel 1220 (août 1805).

50°. Ed-dürrer el-mountakhabet el-mensouret fi islahil-ghalatat-il-meschhouret, c'est-à-dire, Perles choisies et répandues dans le but de faire disparaître les fautes les plus communes dans le langage du peuple; par le derwisch Hafid, fils du moufti Moustafa Aaschir; c'est un ouvrage précieux pour les philologues. Un vol. in-4° de 534 pag. ; imprimé au commencement de l'année 1221 (fin mars 1806).

51°. El-bourhan, c'est-à-dire, la Preuve, ou Traité de logique; par Ismaël-Efendi Kelenbewi (de Kelenbé en Asie Mineure). Un vol. in-8° de 85 pag., imprimé au mois de silhidjé 1221 (février 1807). 

52°. Mouaarib-oul-izhar, c'est-à-dire, Seconde édition du commentaire de Seïnizadé sur l'Izhar de Birgeli. Un vol. in-4° de 585 pag., imprimé en l'année 1224 (1809). 

53°. Kitab el-moharrem fi haschiyet djami, c'est-à-dire, Livre sanctifié sur les gloses marginales de Djami; ces gloses ont été écrites sur la sjntaxe (kafiyet) d'Ibn Hadjbi et porten le titre de : El-fewaid ed-dhiayié, c'est-à-dire, les avantages brillans. Un vol. in-4° de 757 pag., imprimé au mois de rebioul-akhir 1224 (mai 1811).

54°. Tohfet-oul-akhwan, c'est-à-dire, Présent des frères; seconde édition; imprimé en 1225 (1812). 

55°. Haschiyet es Silkouti ou Sali Kouti (de Calcutta), c'est-à-dire, Gloses marginales du Motamwal, grand ouvrage de rhétorique par Teftazani, qui lui-même est un commentaire du Miflah el-ouloum, ou Clefs des sciences; par Sakaki, mort en 679 (1280). Un vol. in-4* de 663 pag., imprimé vers le milieu du mois de redjeb 1227 (1812). 

56°. Nehdjed-oul menazil, c'est-à-dire, Guide des stations (du pèlerinage à la Mecque ). Cet ouvrage porte encore le titre de Kitaboul mcnasik (le Livre des devoirs du pèlerin); par Elhadj Mohammed Edib Ben Mohammed Derwisch. Un vol. in-8° de 255 pag., imprimé le 1er djemazioul-ewwel 1232 (mars 1817).

57°. El-Okianous el-besit fi terdjûmetil Kamous-el mouhit, c'est-à-dire, l'Océan, cette immense mer qui embrasse tout, ou Grand Dictionnaire arabe, revu et augmenté par Firouzabadi, qui y a joint la traduction turque de la définition des mots. 3 vol. in-fol. : le premier de 934, le second de 939, et le troisième de 973 pag. Ces trois volumes parurent successivement dans les années 123o (1814), 1231 (1815) et, 1233 (1817).

58°. Haschiyet el-Kelenbewi, c'est-à-dire, Gloses marginales de Kelenbewi sur le commentaire que Djelaleddin ed-Dewani a écrit sur la dogmatique d'Adhadeddin. Un vol. in-4° de 657 pag.; imprimé au mois de schewwal 1233 (août 1818).

59°. Une grammaire arabe complète, mais sans titre; elle contient les cinq ouvrages principaux dont se compose la grammaire arabe savoir : 1°. Le Mirahol ewwah, c'est-à-dire, Tranquillisaiion des esprits, ou méthode pour former les mots; par Ahmed Ben ali Ben Mesoud; 43 Pag. 2°. L'Izi, par le scheïkh Izeddin Ebil Fadhaïl Abdal Wehhab Amadeddin Ben Ibrahim ez-Sendjani, mort en 655 (1267), 15 pag. 3°. Le Makssoud, ou division des verbes; par le grand iman Yousouf Hanefi , suivant la croyance générale. 4°. Le Bina, ou construction de la grammaire; par un auteur inconnu. 5*. L'Emsilet, c'est-à-dire, les exemples, ou tables des conjugaisons; par un auteur inconnu. Imprimé vers le milieu du mois de djemazioul-ewwel 1233 (mars 1818).

60°. Les trois traités syntactiques réunis dans un seul volume, savoir : 1*. Le Kafiyet, c'est-à-dire, la syntaxe d'Ibn Hadjbi. 2°. Ulzhar de Birgeli, dont nous avons parlé sous le n° 40. 3°. Le nouveau Awamil de Birgeli (voyez les n° 49 et 50). Cet ouvrage fut terminé à la fin du djemazioul-akhir 1234 (avril 1819).

61 °. Taalikat-el Kelenbewi ala Miril-adab, c'est-à-dire, les Appendices de Kelenbewi ou Mirol adab de Mir Eboufeth-Es-saïdi; cet ouvrage contient des gloses marginales ou commentaire de Mewlana Mohammed et-Tebrizi, mort en 900 (1494 ) et qui a commenté la dialectique d'El Idji, mort en 756 (1355); imprimé au mois de schewwal 1234 (août 1819); un volume in-4° de 609 pag.

62°. Taalikatel-Kelenbewi ala Mir-et-tehzib, c'est-à-dire, les Appendices de Kelenbewi au Mir et-tehzib ou gloses marginales à l'ouvrage de Mir Eboufeth Es-saïdi, mort en g5o (i543), qui lui-même a commenté Djelaleddin Mohammed Ben Esaad ess-sidiki ed-Dewani, mort en 907 (1543); l'ouvrage de ce dernier n'est encore qu'un commentaire du Telhissol Miftha ou rhétorique de Seadeddin Mesoud Ben Omer et-Feftazani, mort en 789 (1387); à son tour cette rhétorique n'est qu'une explication de celle contenue dans le grand ouvrage intitulé Miftha es-Sekaki. Un vol. in-4° de 514 pag. ; imprimé à la fin du mois de schewwal 1234 (août 1819).

63°. Miretol-eb-dan fi teschrih aza-il insan, c'est-à-dire, le Miroir des corps dans l'anatomie des membres de l'homme; cet ouvrage porte encore le titre de Koutoubi seleset min-el Khamset Schanizadé, c'est-à-dire les trois livres de Schanizadé le Cinq, médecin et historiographe de l'Empire. Deux vol. in-fol. : le premier de 131, le second de 288 pag., imprimés en 1235 (1820).

64°. Taalikat Abdol-Hekim el-meschhour bi Silkouti alel haschiyet li Mola el-Khiali ala scherhil akaïd en-Nesefiyet, c'est-à-dire, les Appendices de Silkouti aux gloses de Molla Kiali (mort dans le seizième siècle); sur le commentaire de Teftazani (mort en 758); sur les dogmes de Nesefi (mort en 537). Un vol. in-4° de 392 pag., imprimé au mois de Ramazan 1235 (1820).

65°. Taalikat dürren-nadji bi Isagodji, c'est-à-dire, Appendice à la perle salutaire de l'isogogue. Un vol. in-4° de 183 pag., imprimé en 1235 (1820). C'est une traduction de l'Eisagôgà) de Porphyrios, par Essireddin Ben Omar el-Ebheri, mort en 700 (1300). Elle est suivie du commentaire d'EsSeïd Omar Salih el-Feïzi de Tokat, qui l'écrivit en 1210 (1795)

66°. Reschhati aïnil-hayat, c'est-à-dire, les Gouttes de la source de la vie. Un vol. in-4° de 654 pag., imprimé en 1236 (1821). C'est une traduction des biographies persanes des scheikhs célèbres de l'ordre des nakschbendis, par Mewlna Ali Ben Houseïn, plus connus sous le nom de Safi, Kaschifi et Biliaki; il écrivit vers l'année 909 (1503). Cette traduction fut entreprise sous le règne de Mourad III, par Mohammed Ben Mohammed Scherif el-Abassi, mort en 1002 (1593).

67°. Tohfeloul-Manzoumet ed-dürriyet fi loughat il farsiyet wed-deriyet,c'est-à-dire, Présent rimé dans le langage le plus pur du deris persan. C'est une seconde édition du commentaire cité sous le n.30. Ce glossaire, dû à Ahmed Hayati-Efendi fut terminé en 1206 (1791), dans l'espace de 9 années. Un vol. in-4° de 30 pag., imprimé le 15 djemazioul-ewwel 1237 (commencement de février 1822), sous la direction d'Ibrahim Saïb. 

68°. Extrait du catéchisme de Birgewi, sans nom d'auteur; in-8° de 24 pag., imprimé en 1257 (1822).

69°. La collection desfetcoas de Mouslafa Kodosi ; cette collection contient plusieurs mille fetwas rendus par trente mouftis du dix-huitième siècle. Un vol. in-4° de 683 pag., imprimé en 1267 (1822).

70°. Un petit traité turc d'un professeur de l'école de géométrie à Constantinople. Un vol. in-8° de 24 pag- avec une planche sur cuivre; imprimé eu 1237 (1822).

71°. Gloses de Abdoul Hekim Ben Schemseddin, écrites pour son fils Abdoullah, à l'époque où il étudia le commentaire sur la logique qui porte le titre : El-risalet esch sehemsiyet fil-kawaid el-mantikiyet, c'est-à-dire, Traité clair comme le soleil, pour apprendre les règles de la logique; par Kiatibi, disciple de Nassireddin, commentateur de Teftazani et auteur des gloses d'Abdoul Hekim. Un vol. in-4° de 317 pag., imprimé en 1238 (1822).

72°. Ghouniyet-ol moutemelli, c'est-à-dire, le Contentement de celui qui désire, ou commentaire sur le Mouniyetol-mosselli (désir de celui qui prie), par Ibrahim, fils de Mohammed de Haleb, auteur de l'ouvrage classique de jurisprudence ottomane intitulé Moulteka. Un vol. in-4° de 278 pag., imprimé le dernier silkidé 1209 (fin juillet 18î4)

73°. El Mewakif, c'est-à-dire, les Lieux de repos; c'est le célèbre ouvrage métaphysique d'El Idji, mort en 756, joint au commentaire arabe de Teflazani de Samarkand. Un vol. in-fol. de 635 pag., imprimé en 1239 (1824).

74°. Miretoul-aalem, c'est-à-dire, le Miroir du monde, ou Traduction turque du Fethiyé; par l'astronome Ali Kouschdji. Un vol. in-4° de 130 pag. et quatre planches de figures astronomiques avec leur texte. C'est le seul ouvrage que l'imprimerie de Constantinople ait composé en caractères taalik.

75°. Medjmaol-enhar fi scherhi moulteka ol-ebhar, c'est-à-dire, la Réunion des fleuves dans l'explication de la jonction des mers; c'est un commentaire sur le moulteka, ouvrage tant estimé de la jurisprudence ottomane, dû à Abdourrahman Ben Scheïkh Mohammed Ben Souleïman, célèbre sous le nom de Scheïkhzadé. Deux vol. in-fol., le premier de 352 le second de 374 pag., imprimés en 1240 (1825).

76°. Terdjumet scherhis-seïr el-kebir, c'est-à-dire, Traduction du commentaire sur le grand Seïr, ou droit de guerre musulman; par l'imam Mohammed Ben Hasan eschScheïbani, mort en 189 (805). Ce commentaire est dû à Mohammed Ibn Ebi Schl Es-sarkhasi : la traduction turque, due à Es-seïd Mohammed Mounib d'Aïntab, fut commencée en 1211 (1796) et terminée à Kanlidjik en 1213 (1798) Deux vol. in-fol., le premier de 557, le second de 373 pag., imprimés en 1240 (1825).

77*. Nazmoul djetvahir, c'est-à-dire, l'Ordre des joyaux; par Seïd llasan Aïni d'Aïntab. C'est un glossaire persan-turc-arabe dans le genre de celui de Wehbi et de Schahidi. Un vol. in-4° de 112 pag., imprimé en 1141 (1826).

78°. Hawaschi es-Seïd alel molawwel, c'est-à-dire, Gloses marginales au Motawwel de Seïd Djordjani, c'est-à-dire, au grand commentaire de Teftazani sur le Telkhiss de l'imam Djelaleddin Mohammed Ben Abdourrahman El-Kazwini, mort en 739 (1338). Un vol in-4° de 303 pag., imprimé en 1241 (1826).

79°. Haschiyet Abdoul-HekimEs-Sialkoutialel-Motawwel, c'est-à-dire, Gloses marginales de Sialkouti (de Calcutta) au Motawwel, etc. (comme au précédent). Un vol. in-4° de 291 pag., même année.

80°. Rouznamé, c'est-à-dire, Calendrier pour l'année 1241 (qui commença le 16 août i825), 8 feuillets in-4°; il existe une petite édition de ce calendrier qui depuis parait tous les ans.

81°. La petite édition de ce calendrier pour l'année de l'hégire 1241.

82°. Taalikat alel-haschiyet El-Fenari, c'est-à-dire, Appendice à la glose de Fenarisur le commentaire du Mewakif Alsonkhis; par le scheïkh Abduullah Ibn esch-Scheïkh Hasan de Kanghri (voyez sur le mewakif (métaphysique) d'El Idji n. 73). Son ouvrage trouva un commentateur dans Seïd Schérif Ali Ben Mohammed El-Djordjani, mort en 816 (1413); son glossateur fut Hasan Tschelebi Ibn Mohammed El Fenari, mort sous le règne de Bayezid II; l'appendice du à Scheïkh Hasan, fut terminé en 1230 (1815). Un vol. in-fol.de 371 pag., imprimé en 1242 (1826).

83°. Le petit calendrier pour 1242 (1826).

84° Loughati Akhteri Kebir, c'est-à-dire, le grand Dictîonnaîre arabe-turc d'Akhteri. Un vol. in-fol. de 709 pag., imprimé au mois de ramazan 1242 (avril 1827).

85°. Fetawaï Abderrahim, c'est-à-dire, Fetwas du moufti Abderrahim rendus depuis 1055 (1645) jusqu'en 1056 (1646). Deux vol. in-fol., le premier de 578, le second de 584 pag. imprimés au mois de rebioul-akhir 1243 (novembre 1827).

86°. Dürri yekta, c'est-à-dire, la Perle unique ou traité dogmatique d'après le rite de Hanefi. Un vol. in-8° de 80 pag., imprimé en 1243 (1827).

87° Le petit calendrier pour l'année 1243 (1827). 

88°. Asi zafer, c'est-à-dire, la Myrthe de la victoire ou Oussi zafer, c'est-à-dire, la base de la victoire ou histoire de la destruction des janissaires; par l'historiographe de l'Empire Es-Seïd Mohammed Esaad, fils du scheïkh des libraires. Un vol. in-4° de 259 pag., imprimé à la fin du mois de schewwal 1243 (mi-mai 1898).

89°. Le petit calendrier pour l'année 1244 (1828).

90°. Haliyet oun-nadji, c'est-à-dire, l'Ornement du Sauveur ou gloses marginales au Ghouniyet ol-moutemelli du scheïkh Ibrahim de Haleb. Cet ouvrage commente le Mouniyetol mossell, de l'Imam Kaschgari. Deux vol. in-4° de 845 pag., imprimés en 1245 (1829).

91°. Un règlement sur les vètemens, en vingt chapitres, de la même année et sans désignation du lieu d'impression.

92°. Le petit calendrier pour l'année 1245 (1829).

93°. Un règlement sur le service de l'infanterie.

94°. Un règlement sur le service de la cavalerie.

95°. Un règlement sur le service de l'artillerie.

96°. Un règlement sur le service de la flotte.

97°. Fetawai Ali, c'est-à-dire, Collection des fetwas du moufti Ali. Un vol. in-8° de 815 pag., imprimé en 1246 (1830). Cette collection est avec celle des fetwas d'Abdoulkerim-Efendi, la plus précieuse de l'Empire ottoman. Ali était moufti sons le règne de Mohammed IV, depuis 1037 (1670) jusqu'en 1084 (1673).