Imprimer
Catégorie : Architectures
Affichages : 14304

Deux textes généraux sur l'architecture turque écrits à la fin du XIXe siècle. Le premier, extrait de la "Grande encyclopédie", offre quelques pistes intéressantes sur l'histoire de cette belle synthèse artistique, le second texte (en bleu), "Les architectes par leurs oeuvres", vaut plus par ses descriptions que par ses analyses pleines de préjugés négatifs.

La Grand encyclopédie, Lamirault, fin XIXe siècle (texte de cette notice de H. Saladin)

Elie Brault, Les architectes par leurs oeuvres, ouvrage rédigé sur les manuscrits de feu Al. Du Bois de l'Ecole polytechnique, H. Laurens, 2e moitié du XIXe

L'origine de l'architecture turque qui participe de l'architecture persane, de l'architecture byzantine et de l'architecture arabe, peut être prise en Asie Mineure, dans la partie s'étend de l'Arménie propre à la Karamanie, depuis Erzeroum jusqu'à Konièh. Les Gaznévides et Seldjoukides de Perse sont les descendants des chefs de ces tribus turcomanes, appelées par les khalifes de Bagdad pour leur servir d'auxiliaires et qui leur enlevèrent leur empire. Poussés par les bordes de Tchinguiz-Khan [Gengis khan], d'autres tribu, de la même race s'établirent en Arménie, sous la conduite de Soleiman, et, après la mort de celui-ci, une partie de ces turcomans sous la conduite d'Ertogroul vint s'établir à Iconium (Konieh) [Konya], vers 1230.
En Arménie, à Erzeroum [Erzurum], l'imaret Oulou-Djami [Ulu camii] est un monument turc primitif, fortement inspiré du persan et aussi du style arménien. Les Turcs comprennent les stalactites autrement que les Persans et les Arabes : au lieu de les engendrer par des creux, se greffant les uns sur les autres, les Turcs imaginent de faire sortir d'une partie des polygones, qui donnent naissance aux plans de ces stalactites, des prismes polygonaux ayant pour section le polygone terminal de l'alvéole ; on conçoit donc que les stalactites turques ont un peu plus de lourdeur que les stalactites arabes ou persanes. L'imaret ou hospice Oulou-Djami est très remarquable.
Konieh [Konya], la capitale des Seldjoukides, est bien plus intéressante encore qu'Erzeroum. La madrasa bleue, ainsi nommée à cause des faïences qui la décorent, est un édifice charmant, persan de conception, mais où la stalactite turque apparaît déjà (XIIIe siècle). Elle fut construite par Ala-ad-Din, qui construisit la mosquée qui porte son nom, et qu'on nomma aussi Emergeh Djamisi. La façade de cette mosquée offre un ensemble persan avec ses grands minarets et sa porte encadrée, mais le tout est en marbre blanc et noir, avec briques et faïences émaillées, et les détails de l'architecture se ressentent du style arabe de Syrie. Le palais des sultans seldjoukides de Konieh contenait de beaux plafonds en style turc.
A Nigde (à l'E. de Konieh), un tombeau (du XVIIe siècle) élevé à Fatma Hanoum, fille du sultan Ahmed Ier (1610), est sur plan octogonal comme les tombeaux persans de Koum Achavend, etc.; les ornements sont aussi arabes et l'ensemble persan, ce qui prouve le maintien de ces traditions locales à Konieh depuis le XIIIe siècle.
A Césarée [Kayseri], au N. de Nigdeh, la mosquée sépulcrale de Houen (XIVe siècle) offre un certain intérêt en ce qu'elle se compose, comme les mosquées de style arabe, d'une cour entourée d'une forêt de points d'appui ; mais ici, au lieu de plafond, nous avons de petites voûtes en coupoles sur plan carré. Le tombeau d'Houen est octogonal et d'aspect persan, quoique construit en marbre.

{mosimage}

Les Turcs de Konieh prirent Brousse [Bursa] en 1325 et en firent leur capitale. Orkhan [Orhan], Mourad [Murat], Bayezid [Beyazıt], Mohammed Ier [Mehmet Ier], y fondèrent de nombreux édifices qui sont encore en partie debout. Les édifices byzantins qui existaient à Brousse, et particulièrement les églises, eurent une grande influence sur l'architecture turque qui s'empara dès lors des méthodes byzantines. Nombre d'édifices turcs (caravansérails, mosquées, madrasa) de Brousse offrent la plus grande analogie comme construction avec les petites églises grecques et les constructions byzantines du XIVe siècle. Les Turcs, néanmoins, apportent comme éléments caractéristiques de leur architecture, les stalactites, les toitures singulières , l'emploi de l'ogive persane et l'application des faïences émaillées. Ce nouvel appoint artistique va se greffer sur l'ancien fonds byzantin et lui infuser une sève nouvelle et préparer ainsi l'admirable mouvement de renaissance qui, au milieu du XVe siècle, est caractérisé par les chefs-d'oeuvre de l'architecte Sinan. - Les mosquées de Brousse ont d'abord été établies dans d'anciennes églises grecques comme la mosquée funéraire d'Orkhan [Orhan camii, plan en T renversé] ; elles furent ensuite construites, soit sur un plan analogue à la mosquée de Césarée (V. plus haut), comme la mosquée Oulou-Djami [Ulu camii], soit sur un plan nouveau comme la mosquée de Bayezid Ildirim [Yıldırım Beyazıt camii], celle de Mourad et surtout Yéchil-Djami [Yeşil camii] ou mosquée verte.

A Nicée (Iznik), la mosquée verte (Yéchil-Djami) [Yeşil camii], construite par Khaïr-ad-Dîn, vizir de Mourad Ier [Murat Ier], est construite, quoique dans de petites dimensions, sur un plan à coupole, elle est précédée d'un porche presque copié sur la petite église de Brousse qui sert de mosquée funéraire à Orkhan. Andrinople, conquise par Mourad Ier en 1360, fut, pendant près de cent ans, la capitale européenne des sultans jusqu'en 1453 où la prise de Constantinople fit désormais de cette ville la capitale de l'empire turc. L'Eski-Djami [Eski camii] et la Mouradieh d'Andrinople [Muradiye camii, Edirne], bâties la première sous le règne de Mohammed Ier (1412-1421), la seconde par Mourad I (1360-1389), sont des prototypes de l'architecture turque créée par des architectes grecs sous l'inspiration musulmane. L'Eski-Seraï [Eski saray] ou ancien palais a été construit pendant le XIVe siècle et a servi de demeure à Mourad Bayezid, Mohammed, Mourad II et Mohammed II jusqu'à la prise de Constantinople. Ce palais a été, comme le Kiosque persan du Séraï à Constantinople, construit par des architectes persans. Il est décoré, à l'intérieur de faïences d'une grande beauté. Voici donc quels sont les éléments à l'aide desquels les architectes des sultans vont constituer l'art turc : éléments grec, arabe, persan. L'élément grec ne sera apparent que dans l'adoption de la coupole et des grandes voûtes en cul-de-four soutenues par des pendentifs, l'emploi de certains matériaux et de certaines moulures d'esprit gréco-byzantin. Les appoints arabe et persan, au contraire, seront considérables.

L'Arabe égyptien apportera ses entrelacs ingénieux, ses arabesques élégantes, ses grandes inscriptions décoratives, les portes de métal, les boiseries incrustées de nacre, d'ivoire et d'ébène, les vitraux en plâtre, les mosaïques de marbre de couleur et les linteaux et ares à voussoirs colorés, incrustés les uns dans les autres. - L'Arabe de Syrie joindra à un apport analogue la perfection de l'appareil. - Le Persan fournira les faïences de Perse, celles de Bagdad, dont les fabriques de Koutahièh et de Brousse s'inspireront. Les faïences turques auront un éclat qui rivalisera avec celui des faïences persanes (V. FAIENCE). Cependant elles se distingueront de celles-ci par l'emploi des émaux en épaisseur, le caractère de certains ornements d'esprit turcoman et presque chinois et l'emploi fréquent de grands dessins figurant comme des tapis étendus. Cet esprit turcoman et presque chinois se retrouvera dans le caractère des toitures et de divers ornements des fontaines et des kiosques turcs.

[Grandes mosquées]
Nous allons donc étudier l'art turc dans ses plus belles productions, les provinces de Constantinople ; les grandes mosquées, élevées dans l'empire depuis la prise de Constantinople, ne furent guère que des inspirations dérivées des grandes mosquées turques à coupole (Djezzar Pacha à Acre, mosquée de la citadelle au Caire). Voici l'ordre dans lequel nous les étudierons et qui sera celui de leurs dates respectives : Mohammedieh (1469) [Fatih Mehmet camii] ; Bayezidieh [Beyazit camii] (1481-1512) sous Bayezid II ; Châh-Zâdeh [Şehzade camii] (1520-1566) ; Suleïmanièh [Süleymaniye camii] (1540-11566); Selimieh [Selimiye camii] d'Andrinople [Edirne] (1566-1574); l'Ahmedieh [Sultan Ahmet camii, Mosquée bleue] (1610). -

Le Mohammedieh [Fatih Mehmet camii] fut construit sous Mohammed II al Gâzi par l'architecte grec Christodoulos. Son dôme central est flanqué de quatre demi-coupoles, elle a deux minarets et son enceinte embrasse des hospices, des collèges, des écoles, des bains, un caravansérail et un hôpital. Le tombeau du conquérant est aussi compris dans cette enceinte.

[...] Si nous donnons ici la description de la Mahommédièh (mosquée de Mahomet), c'est parce qu'elle est véritablement un édifice du XVIIIe siècle, puisqu'elle a été presque complètement rebâtie par l'ordre de Mustapha III après le tremblement de terre de 1763. Nous n'ignorons pas d'ailleurs qu'elle avait été élevée en 1469 par l'architecte grec Christopoulos sur les ruines de l'ancienne église des Saints-Apôtres fondée par Constantin le Grand pour servir de lieu de sépulture aux empereurs d'Orient. La restauration de la mosquée de Mahomet dans un style semi-italien en a complètement, on le comprend, altéré le caractère primitif. Aujourd'hui, ce n'est plus qu'une grande masse divisée en trois nefs, couronnée d'une immense coupole de 78 mètres de hauteur, flanquée de quatre demi-coupoles et d'un nombre considérable de petits dômes secondaires. Deux minarets à deux étages, qu'on aperçoit de fort loin, complètent l'édifice.


La Bayezidieh [Beyazit camii] ou mosquée de Bayezid possède aussi deux minarets. Elle est précédée d'une cour entourée de portiques. La mosquée proprement dite se compose d'une nef principale et de deux nefs secondaires. Les piliers qui supportent la coupole sont, dans le sens de la longueur de l'édifice, accompagnés d'une colonne élevée en granit, soutenant la retombée de deux ares. Les portes (le cette mosquée sont remarquablement belles par la perfection avec laquelle sont traitées leurs stalactites de marbre. La mosquée comprend une coupole centrale avec deux demi-coupoles aux extrémités.

La mosquée de Bayézidièh (Bajazet), située en face du Séraskiérat, fut bâtie en 1505 et rappelle un peu, par sa construction, les mosquées élevées par les Arabes. Elle est précédée d'une première cour servant de bazar; la seconde formant mosquée est entourée d'un portique ogival en marbre blanc et rouge soutenu par des colonnes de porphyre ou de brèche verte avec des chapiteaux et des bases de marbre blanc. Elle est à trois nefs dont une grande et deux plus petites. La grande porte est de marbre sculpté en stalactites : deux minarets à une seule galerie complètent l'édifice.


La mosquée du Châh-Zàdeh ressemble à la Bayezidieh. Sa coupole est flanquée de quatre demi-coupoles (subdivisées chacune en trois autres); par conséquent, elle figure en plan une croix grecque comme nous le verrons pour l'Ahmedieh.

Pour commencer, la mosquée de Schah-Zadé ou mosquée du fils du sultan, élevée vers 1520 par Soliman le Législateur et qui renferme les « turbès » de ses deux fils. Sa forme est une croix grecque. La coupole principale est flanquée de quatre demi-coupoles dont chacune se divise en trois petites. Celte coupole principale creusée de profondes rainures avec une bande circulaire richement décorée à la base ne manque pas d'élégance. Le portique, soutenu aux quatre angles par des colonnes de granit, est flanqué de deux minarets à doux étages ornés de galeries. Les arcades des galeries intérieures, en marbres alternativement rouges et blancs, sont soutenues par des colonnes de marbre blanc.

La Suleïmanièh [Süleymaniye camii], ou hospice de Soliman le Magnifique a été construite par l'architecte Sinan, le plus célèbre des architectes turcs. On peut dire sans exagération que cette belle mosquée est un chef-d'oeuvre autant par l'ampleur de ses proportions (69 m. sur 63) que par le style grandiose de son architecture et la beauté des vitraux, la richesse des matériaux et le soin merveilleux qui a présidé à l'exécution de toutes ses parties. Ce parti des voûtes qui la recouvrent est le même qu'à Sainte-Sophie, mais conçu avec plus de simplicité et de grandeur. La grande coupole centrale est contrebutée par des arcs qui soutiennent des coupoles secondaires formant en quelque sorte des bas-côtés. Les extrémités de ces nefs secondaires sont remplies par de petites coupoles épaulant les deux énormes demi-coupoles qui sont aux deux extrémités antérieure et postérieure de l'édifice. La mosquée est précédée et suivie d'une cour. La cour antérieure est bordée de portiques. On voit combien ce parti a le grandeur et de noblesse. Les colonnes qui subdivisent en trois l'espace au-dessus duquel passent les arcs-doubleaux latéraux de la coupole sont de splendides monolithes en porphyre rouge de près de 15m50 de hauteur. Les vitraux qui éclairent le vaisseau sont en pièces de verre de couleur serties dans des découpures étégantes en plâtre ajouré. Ils sont l'oeuvre de Serkoch-Ibrahim, célèbre verrier. Les minbar, le mihrab, le siège du sultan sont de marbre blanc sculpté avec une grande finesse. Comme la Mohammedieh, elle contient dans sa vaste enceinte de nombreux établissements, tels qu'hospices (imâret), bibliothèques, des bains, un caravansérail et un hôpital et les tombeaux de Soliman et de Roxelane. On voit donc que ces grandes fondations impériales réunissent, dans leur ensemble, des types de tous les édifices musulmans. La Suleïmanièh a quatre minarets.

{mosimage}

La Suleimaniye ou mosquée de Soliman fut bâtie, de 1550 à 1566, avec les matériaux de l'église Sainte-Euphémie de Chalcédoine [faux, même si des colonnes furent effectivement récupérés de monuments antiques ou byzantins], par Sinan, le plus célèbre des architectes turcs. Elle possède quatre minarets, deux grands à trois galeries et deux plus petits à deux galeries. Cette mosquée, précédée d'une cour, forme un rectangle de 69 mètres sur 63 mètres. L'intérieur en est divisé en trois nefs: au centre s'élève la grande coupole soutenue par quatre massifs carrés entre lesquels se dressent de chaque côté deux énormes colonnes en granit égyptien ayant 4 mètres de circonférence à la base et qui proviennent du palais impérial [Augustéon] de Justinien. Les chapiteaux de ces colonnes sont en marbre blanc et supportent la double galerie qui court autour de la coupole centrale. Celle-ci est accompagnée de deux demi-coupoles et de dix coupoles plus petites.


À Andrinople [Edirne], la très célèbre mosquée du sultan Selim II présente aussi un ensemble magnifique. La coupole élevée, accompagnée de ses quatre grands minarets et de ses petites coupoles secondaires, offre un coup d'oeil splendide et a une fort belle silhouette. La mosquée est précédée d'une cour entourée d'un portique continu. L'intérieur de la mosquée est grandiose. La coupole est soutenue par huit énormes piliers à pans, la coupole est contrebutée par quatre demi-coupoles et quatre berceaux formant une croix grecque dont les bras sont orientés l'un dans l'axe du mihrab, l'autre perpendiculairement à celui-ci. On peut remarquer ici que les piliers qui contrebutent les colonnes, ou plutôt les piliers latéraux, sont évidés en partie et renferment des escaliers par lesquels on accède daim les parties supérieures de la mosquée. Ces piliers butants sont, comme dans la Suleïmanièh, la réminiscence de ceux qui, dans le plan de Sainte-Sophie, remplissent les mêmes fonctions.

La mosquée de Nouri-Osmanièh (la lumière d'Osman), bâtie vers 1618, présente un carré parfait surmonté d'une coupole unique. Du côté de l'ouest, la grande entrée est précédée d'une cour demi-circulaire entourée d'un portique en plein cintre soutenu par de belles colonnes de granit. Cette mosquée ne possède que deux minarets à deux étages.

 

Mosque of Sultan Achmet Digital ID: 81514. New York Public Library
Sultan Ahmet camii, Mosquée bleue, Istanbul, 1810

{mospagebreak}
L'Ahmedieh ou mosquée du Sultan Ahmed [Sultan Ahmet camii, Mosquée bleue], à Constantinople, près de Sainte-Sophie, possède six minarets; une cour antérieure entourée de 26 arcades la précède, la coupole centrale est entourée de quatre demi-coupoles, les angles sont contrebutés par quatre coupoles secondaires. Deux bas-côtés très bas bordent ce grand parti, un mur épais ferme la mosquée sur quatre faces. Les énormes piliers, sur lesquels repose la coupole centrale et les quatre demi-coupoles auxiliaires, ainsi que les quatre coupoles des angles sont cannelés, mais les cannelures sont en relief au lieu d'être en creux et figurent ainsi d'énormes faisceaux de colonnes. Le mihrab, le minbar sont très beaux et très bien traités. Dans ces édifices, d'énormes porte-cierges en bronze supportent des cierges allumés à droite et à gauche du mihrab. De beaux vitraux garnissent les fenêtres hautes ; des faïences, le bas des murs, les ébrasements des fenêtres et quelquefois leurs tympans on forment les revêtements des murs des galeries secondaires. Les profils des moulures sont quelquefois assez rapprochés de ceux des édifices de l'antiquité grecque et romaine. Des voussoirs de couleurs variées ornent les archivoltes et les linteaux appareillés. Des colonnes engagées, torses ou unies, contournent extérieurement ou intérieurement les montants des portes, elles sont terminées haut et bas par des chapiteaux ou des bases assez simples et rétrécies à l'astragale. Les arcs ont souvent leurs ogives amorties par deux lignes droites dans leur partie supérieure, comme dans les ares persans, ou par deux lignes courbes en sens inverse, comme certains arcs turcomans Les façades principales n'existent pour ainsi dire pas comme grands motifs. Ce n'est qu'une silhouette de coupoles et d'arcs superposés s'élevant au-dessus du portique lui précède la mosquée. Ce portique est bordé du côté de la rue ou de la place publique par un mur fermé ou percé de rares ouvertures. La silhouette générale des mosquées est très belle, très imposante et merveilleusement accompagnée par les lignes allongées des minarets. Dans les façades latérales, de nombreuses arcades décorent les portiques qui s'y trouvent et ont d'ensemble un aspect florentin qui surprend; tout, jusqu'aux voussoirs alternativement clairs et foncés et aux tirants horizontaux, rappelle d'une manière frappante les édifices de la Toscane de la fin du moyen âge. Les turbèh sont des mausolées composés soit, comme les Imàmzadeha de Perse, d'une coupole portée par un édifice polygonal, soit de petites mosquées surmontées d'une coupole et précédées de portiques décorés de faïences en d'auvents plus ou moins richement décorés (comme à Brousse, par exemple).

Quelques années avant la construction de la « Nouri-Osmanièh » (1610) Achmet ou Ahmed Ier avait élevé l'Ahmédièh, la principale mosquée de Constantinople après Sainte-Sophie. L'édifice est entouré d'une vaste enceinte plantée d'arbres et dominée par six minarets à trois galeries élégamment décorées. La grande entrée de « l'Ahmédièh » consiste en une porte arabe élégante par laquelle on pénètre dans une cour entourée d'un portique formé de quarante petits dômes soutenus par des colonnes de granit égyptien. Au centre de cette cour est une fontaine entourée de six colonnes et de six arcades en ogive. Le plan de cette mosquée est bien simple : il présente un rectangle de 72 mètres sur 64 mètres ; le dôme principal est soutenu par quatre piliers circulaires, dont les chapiteaux sont taillés en stalactites et entourés à mi-hauteur d'une bande plane couverte d'inscriptions pieuses. On compte en tout neuf coupoles dans cette mosquée. Les arcades de l'intérieur sont ogivales et soutenues par de nombreuses colonnes de granit et de marbre. 

 

La mosquée de Yéni-Djami (ou de la Validèh sultane) [Yeni camii], située à l'extrémité du premier port, a été bâtie vers 1649 par Validèh-Terkhan-sultane, mère de Mahomet lV. La Yéni-Djami se reconnaît à ses deux minarets cannelés qui portent trois galeries élégantes et à son dôme tlanqué de quatre demi-coupoles et de plusieurs petits dômes secondaires. La cour est entourée d'un beau portique à ogives en marbre.

Citons encore la mosquée de Laléli, fondée en 1760 par Mustapha III. De dimensions beaucoup moindres que les précédentes, elle se compose d'une seule coupole bâtie sur une plate- forme élevée et flanquée de deux minarets de forme polygonale dont les galeries sont fort élégamment ornées.

La mosquée du faubourg d'Eyoub [Eyüp] où le sultan, montant sur le trône, allait ceindre le sabre d'Osman, est également un édifice du XVIIIe siècle et son auteur a été certainement inspiré par la vue des édifices italiens de cette époque. Les colonnes, les entablements, les arcades en plein cintre, en un mot, les grandes lignes architecturales de l'édifice rappellent les procédés de l'école italienne ; il n'y a de vraiment turc que la coupole centrale et les demi-coupoles plantées sur les pavillons qui forment l'enceinte de la mosquée. Ces pavillons sont autant de chapelles sépulcrales renfermant le tombeau du Prophète, celui de la mère de Sélim III, celui d'Hussein-Pacha et ceux de beaucoup de hauts fonctionnaires du palais.

 

Mechet’ v predmestii Eiiub ( V... Digital ID: 1221032. New York Public Library
Mosquée d'Eyüp, Istanbul, vers 1835


[Türbe]
Dans l'intérieur des tombeaux, les sarcophages sont faits en forme de cercueils et exécutés soit en faïence comme à Brousse soit en marbre sculpté comme à Constantinople. A la tète des sarcophages, une colonne tronquée supporte, si le défunt est un homme, un turban sculpté ou bien, pour les princes et les saints personnages, un turban fait d'étoffes blanches comme de la mousseline; pour les sultans, les sarcophages sont recouverts de riches étoffes de soie brodées d'or et d'argent, et de superbes cachemires des Indes sont jetés sur les extrémités du sarcophage et sur la colonnette tronquée qui supporte, comme précédemment, un turban de mousseline blanche souvent renouvelé. Ces sarcophages impériaux sont entourés d'une balustrade incrustée de nacre, et souvent des étoiles de pierreries ou l'aigrette de héron enrichie de diamants, insignes portés par la Padichah de son vivant, sont fixées sur son sarcophage. Les sarcophages des femmes sont surmontés d'un ornement, et ornés, s'il s'agit des princesses, d'étoffes brodées d'or et d'argent, mais il n'y a pas de turban. Les tombeaux ordinaires sont, ou bien des sarcophages en marbre ou en pierre, ou des dalles horizontales aux deux extrémités desquelles se trouvent des colonnettes décorées d'un turban pour les hommes et d'ornements pour les femmes, ou bien, plus communément, des dalles rectangulaires ou trapézoïdales fichées verticalement en terre et portant à leur extrémité supérieure soit des ornements, soit un turban.

[Palais]
Les palais sont souvent inspirés des décorations de style persan et ont leurs parois ornées de faïences et leurs, plafonds de peintures très vives de tons, Dans les palais impériaux de grands jardins sont disposés au milieu desquels se trouvent des sources jaillissantes ou des kiosques aux toitures tourmentées et relevées légèrement aux angles accusant l'origine tartare des Turcs - Souvent ces kiosques en bois sont peints de couleurs éclatantes; une fontaine, placée au milieu, donne de la fraîcheur à la salle, pendant que de nombreuses fenêtres, dont les volets s'ouvrent en se relevant à l'extérieur, donnent vue sur les bords enchantés du Bosphore (kiosque persan du Seraï). D'autres fois les kiosques en maçonnerie sont revêtus intérieurement et extérieurement de faïences; (kiosque de Mourad au Séraï).

[Fontaines]
Les fontaines, fondations pieuses, chez les Turcs comme chez les Arabes et les Persans, sont très nombreuses. À Constantinople, on peut les diviser en trois catégories :
1° Les fontaines à ablutions, dans les cours intérieures (les mosquées. Ce sont des bassins entourés de colonnes surmontées d'arcades soutenant un dôme plus ou moins élevé et muni ou non d'un auvent; quelquefois les colonnes se dressent sur les bords du bassin, comme à Yéni Djami, alors les entrecolonnements sont grillés de clôtures en bronze doré; quelquefois, au contraire, le bassin est plus à l'intérieur sous le dôme et est entouré d'une barrière de marbre surmontée de grilles de bronze. Telle est la fontaine des ablutions, dans la cour de Sainte-Sophie, -
2° Les fontaines monumentales, comme la fontaine du Sultan Ahmed, près de Sainte-Sophie, délicieux kiosque à quatre faces, terminées, à chaque angle, par une tourelle arrondie, percée de larges ouvertures treillissées de grillages dorés, sous lesquels on peut passer la main et puiser dans la vasque d'angle. Chaque face est décorée dans sa partie centrale d'une fontaine encadrée d'une arcade accostée de deux niches, une de chaque côté. Le toit, d'une forme singulière, est surmonté de cinq petits dômes couverts en plomb et décorés de flèches en bronze terminées par des croissauts dorés. Au-dessus de chaque fontaine, sur les faces droites, se lisent de longues inscriptions en vers. La fontaine de Top-Hané, celle de Sultane Zainab sont encore de jolis spécimens de ce genre d'édifices.

{mosimage}
3° Les fontaines adossées, pratiquées contre les murailles, sous une arcade adossée, avec une auge rectangulaire plus ou moins richement décorée.

Nous ne pouvons nous dispenser de mentionner ici un édicule de 1703, la fontaine d'Ahmed III, qui fait face à la porte Bab- Humaïoun. Elle est indiquée dans les guides comme « un des plus ravissants spécimens de l'art turc ». En réalité, c'est un petit édifice carré, tout en marbre blanc, flanqué à chacun de ses angles d'un kiosque grillé dont le toit affecte la forme admise par les Chinois dans leur architecture si bizarre. Il n'a vraiment de remarquable que l'ornementation inouïe qui le décore, ornementation dont l'exécution est bien inférieure, d'ailleurs, à celle des édifices datant de la grande période de l'art arabe.


[Citernes et aqueducs]
Les citernes de Constantinople sont souvent des citernes byzantines dont on se sert encore, Presque toutes les grandes mosquées ont aussi leurs citernes et forment des forêts de colonnes ou de piliers carrés portant des séries de petites voûtes d'arête ou bien de petites coupoles. Les Turcs ne se sont pas distingués dans la construction des pont; ou des aqueducs qu'ils ont généralement laissés périr faute d'entretien. Néanmoins, l'approvisionnement d'eau de Constantinople se fait par de grands réservoirs situés dans la forêt de Belgrade et dont les eaux sont conduites par l'aqueduc de Mahmoud ler, à Péra, Galata et Béchik-Tâch [Beşiktaş]. Les eaux, au sortir des réservoirs, suivent l'aqueduc et en arrivant à Constantinople se subdivisent en deux réservoirs secondaires de distribution à Taksim, desquels de nombreuses conduites souterraines les conduisent aux fontaines. De distance en distance des pyramides hydrauliques s'élèvent depuis Buyukdéré jusqu'à Péra, afin de permettre à l'eau de reprendre la force vive absorbée par le frottement dans les conduites. D'autres aqueducs byzantins ont été réparés par Soliman le Grand, ou d'autres padichâhs. Les réservoirs de Belgrade qui les alimentent ont été construits, soit par Andronic Comnène, soit par Moustafa III.

Aqueduct near Belgrade Digital ID: 81518. New York Public Library
Aqueduc dans la forêt de Belgrade, près d'Istanbul, 1810


[Bazars, caravansérails, hammams, maisons...]
Les bazars sont de grandes galeries voûtées plus ou moins régulièrement, plus larges généralement qu'en Perse, et de chaque côté desquelles se trouvent les boutiques. Des khans, analogues aux okil égyptiens, reçoivent marchands et marchandises. Certains de ces khans sont d'un aspect monumental uniquement du à l'ensemble de la construction, le Valideh-Khan, par exemple, à Constantinople. Les bâtiments, disposés autour d'une cour carrée, contiennent, au rez-de-chaussée, les magasins et les écuries; au-dessus, trois étages de portiques superposés formés d'arcades ogivales servent de dégagement commun aux chambres et salles de l'intérieur.
Les caravansérails sont le long des routes et servent d'auberges et d'hôtelleries. Ils sont disposés sur un plan analogue aux plans persans; mais les arcades, soit en briques, soit en pierre, ont l'ogive turque.
Les bains ont souvent des plans intéressants : nous citerons les nombreux bains de Constantinople, notamment le Tchoukour-Hammâm ou bain de Mahomet Il, et à Brousse les bains d'eau minérale d'Yeni-Kaplédja.
Les maisons turques sont la plupart du temps en bois et d'un aspect extérieur uniforme. Les intérieurs, décorés proportionnellement à la richesse du propriétaire, ont souvent des plafonds peints assez originaux, quoique bien inférieurs aux plafonds arabes, égyptiens et syriens, Elles sont divisées en selamlik ou réception, et odaleuk, ou quartier réservé aux femmes.

L'Eski-Séraï ou vieux sérail, construit sous le règne de Mahomet II et qui avait servi de résidence au sultan jusqu'au grand incendie qui le dévora en 1805, n'est pas à proprement parler une œuvre architecturale susceptible de figurer dans un ouvrage d'où sont bannies les descriptions pittoresques dues le plus souvent à l'imagination du narrateur. Les murs épais et les portes flanquées de tours carrées et massives qui forment l'enceinte de «l'Eski-Séraï», à l'exception peut-être de la porte,  tout en marbre blanc et noir avec deux petites colonnes vert antique enchâssées dans la muraille, sont des spécimens de l'architecture militaire des Turcs au XVe siècle. Quant aux pavillons, aux kiosques, aux salles d'audience, etc., amoncelés sans ordre dans l'enceinte, ce sont des bâtisses sans aucun caractère architectural, des constructions où tous les styles turcs, chinois, italien même, ont été amalgamés sans le moindre souci des règles de l'architecture. On cite parmi elles, et nous citerons seulement, après les guides, la salle du Trône ou Diwan, le pavillon du Trésor et le kiosque de Murad ou de Bagdad.



Liens

Sur Sinan, en anglais : http://www.sinanasaygi.org/en/eserler.asp