Imprimer
Catégorie : Anecdotes, récits...
Affichages : 4514

salonique-allatini1b Le sultan Abdulhamid II fut déposé le 28 avril 1909 et, avec une partie de sa famille et de ses serviteurs, en tout vingt-quatre personnes, emmené en exil à Salonique (Selanik en Turc, Thessalonnique en Grec) où il resta jusqu'en 1912 dans une villa ayant appartenu à la famille Allatini.

C'était le meilleur moyen d'éloigner le souverain de sa capitale après la tentative de contre-révolution du 13 avril 1909 et d'empêcher toute nouvelle "restauration". De plus, c'est à Salonique qu'était né le Comité Union et Progrès qui y était toujours bien implanté. C'est la première fois qu'un souverain ottoman est exilé dans une ville de province.
La villa Allatini, qui avait appartenu à la riche famille éponyme d'industriels de Salonique, fut mise à la disposition du Comité (ou, selon certains témoignages,  réquisitionnée par l'armée) pour y héberger et surveiller Abdulhamid.
Les conditions de vie y étaient plus difficiles qu'au palais de Yildiz, la surveillance constante et toute communication ou sortie interdite, mais la villa était confortable et le souverain et sa famille y restèrent plusieurs années.
 
En 1912, devant l'avancée de l'armée grecque, le sultan fut ramené à Istanbul par un bateau allemand. Il y mourut le 10 février 1918 dans le palais de Beylerbey.
La villa Allatini, belle résidence d'été d'une superficie de 537 m2 sur deux étages, avait été construite par l'architecte italien Vitaliano Pozelli en 1888 pour la famille Allatini.
salonique-allatini1a
En 1926, elle abrita l'université de Thessalonique, puis fut utilisée comme hôpital en 1940-1941. La préfecture de Thessaloniki s'y est installée depuis 1979.

La carte postale

salonique-allatini1
Envoyée en 1910, elle est légendée : 
"Souvenir de Salonique
Villa Allatini - Lieu d'internement de l'ex-sultan
Matarasso Saragoussi et Rousso Editeurs"
Le portrait du sultan ne ressemble pas aux autres photographies ou aux portraits.
salonique-allatini2-tr
Le timbre français est français et le cachet porte la mention Salonique, Turquie et une date en 1910
Il existe une autre version de cette carte postale avec une légende en Turc (écrite en caractères arabes). 

Matarasso, Saragoussi et Rousso (éditeurs), qui étaient associés et avaient une boutique à Salonique, ont édité de nombreuses cartes postales sur Salonique dans les années 1910.