Imprimer
Catégorie : Anecdotes, récits...
Affichages : 258

Lorsque Galien vient au monde à Pergame (l'actuelle Bergama, en Turquie), cela fait presque deux cents ans que la dynastie hellénistique des Attalides s’est éteinte, et que Rome, à partir de l’opulente cité, règne en maître vers l’Orient dans une immense région.

Statue de Galien à Bergama (Turquie)

Ville fortifiée, capitale de la province romaine d’Asie, Pergame s’orne alors de multiples temples consacrés aux dieux du temps : Zeus, Athéna, Apollon, Sérapis. Elle bénéficie d’une bibliothèque considérable de plus de deux cent mille ouvrages, d’un théâtre pouvant recevoir cinquante mille spectateurs, de tous les avantages d’une cité privilégiée. Tout au bas de la cité, son centre médical, le sanctuaire d’Esculape, reçoit des malades venus de tout l’Empire, dont les rêves nocturnes pieusement interprétés serviront de signes au corps médical.

Dans la ville moderne de Bergama, des vestiges épars, soigneusement conservés, témoignent de cette grandeur des temps passés et valent, expliqués et commentés, d’être visités chaque été par les touristes en nombre.
Mais aujourd’hui, contentons-nous de porter notre intérêt sur une simple statue.

Situation de Bergama (Pergame)

 
Afficher une carte plus grande


Le serpent de bronze

Regardons bien : surprenante spirale, le serpent de bronze s’est faufilé au sommet de la colonne, et semble jeter un œil, en contre-bas, sur l’ouvrage entr’ouvert.
On s’en doute, le livre recueille, à un moment donné de l’histoire du monde, tout le savoir disponible.
Cependant l’homme debout, svelte mais dans la force de l’âge, déjà sage parmi les sages, sa barbe en témoigne, détache son regard, et médite au-delà.

Qui donc est ainsi, dans un vêtement antique et coiffé d’un bonnet, appuyé contre ce fût cylindrique, dont les cannelures spiralées suggèrent une espérance sans fin ? Un philosophe, un savant, un médecin ?
Ne cherchons pas davantage : il s’agit de Galen, autrement dit Γαληνός (en grec) ; Galenus (en latin) ; Jalinus (en arabe) ; Galien (en français), tout à la fois médecin, savant et philosophe.


Bergama célèbre Galien

En effet, sous un pin tutélaire protégeant à peine des ardeurs du soleil, la cité de Pergame [en turc : Pergama, aujourd’hui en Turquie dans la province d’Izmir], a élevé en 2012, à l’entrée des vestiges du vaste sanctuaire d’Asklepios, construit on le sait autour d’une fontaine sacrée encore en fonction aujourd’hui, une statue en l’honneur de Galien, l’un des leurs, car né jadis à Pergame, en 129 après J-C.

Galien y a vécu dans sa jeunesse, avant d’étudier la médecine à Smyrne [l’actuelle Izmir], à Corinthe et à Alexandrie [en Égypte]. Galien revient à Pergame vers 157, pour exercer son art auprès des gladiateurs qui s’affrontant dans l’arène, pour la joie des spectateurs, se blessent en combats souvent mortels.

Puis, après un premier séjour de cinq années à Rome, comme professeur réputé, Galien revient encore à Pergame, sa ville natale, en 162. Il y reste croit-on sept ans, jusqu’en 169, exerçant alors au sein du complexe médical que constitue, sous la direction d’un grand-prêtre, le vaste sanctuaire d’Asklépios.


Galien, médecin de Marc-Aurèle

La réputation de Galien est telle qu’il est appelé à nouveau à Rome, centre d’un Empire immense qui à cette époque s’étend des montagnes de la Lusitanie à l’Ouest, jusqu’à l’oasis de Palmyre à l’Est.
Attaché à la cour impériale, Galien devient le médecin personnel, autrement dit l’archiatre, de Marc-Aurèle, empereur de 161 à 179. Il continue d’exercer auprès de son fils Commode, empereur de 176 à 186.
On sait aussi qu’il est au sud de l’Italie, en Campanie, dans une de ses propriétés, au moment du terrible incendie de Rome à la fin 191-192, catastrophe au cours de laquelle il perd tous ses livres, tous ses médicaments et tous ses instruments.
Les biographes hésitent quant à la fin de Galien : est-il décédé à Rome, ou bien serait-il retourné pour la dernière fois à Pergame, pour y mourir, selon des sources arabes, vers 216 ?


Ampleur de l'oeuvre

Médecin, anatomiste, chirurgien, philosophe, Claude Galien a produit, en langue grecque, une œuvre considérable dont seulement une partie s’est transmise jusqu’à nous, par l’intermédiaire de manuscrits grecs, syriaques, arabes, hébreux.
Et par des premières éditions en latin [Venise, 1490] ; puis en grec ancien [Venise, 1525] de l’atelier d’Alde Manuce, fruit de la collaboration de plusieurs savants, dite édition princeps, en cinq volumes in-folio.
Une édition paraît à Bâle en 1538, en quatre volumes ; un siècle plus tard, en 1638, à Paris, une édition conjointe d’Hippocrate et de Galien en grec et en latin par René Chartier fait treize volumes. Quant à la publication, en latin et en grec, des œuvres de Galien par Karl Gottlob Kühn, à Leipzig, en 1821-1833, elle atteint les vingt et un volumes.

Enfin, une édition critique, en français, entreprise à partir des années 1990, éditée par Les Belles Lettres, dans la Collection des Universités de France, sous le patronage de l’Association Guillaume Budé, ne prévoit pas moins de vingt-deux volumes. En regroupant le foisonnement de l’œuvre parvenue jusqu’à nous en six grands thèmes : 1. Autobiographie et Ouvrages sur l’art médical en général (deux tomes) ; 2. Anatomie et physiologie (quatre tomes) ; 3. Nosologie, diagnostic, pronostic (quatre tomes) ; 4. Hygiène et thérapeutique (cinq tomes) ; 5. Hippocrate (quatre tomes) ; 6. Philosophie, sectes, psychologie, logique (trois tomes).


Hommage à Hippocrate

Quatre tomes, soit près de deux mille pages, pour rassembler les textes de Galien concernant Hippocrate, médecin de Cos, qui vécut cinq siècles avant lui. C’est dire l’importance de l’hommage rendu à celui que l’on considère comme « le père de la médecine ». Dont Galien revendique l’héritage au point d’en faire un personnage d’exception « jamais égalé et presque infaillible ». 
Galien reprend à son compte et prolonge la théorie hippocratique des quatre humeurs [colérique, flegmatique ; sanguin, mélancolique], en l’intégrant dans un système unifié marqué par la double opposition chaud-froid ; sec-humide.

À partir de cette tension des qualités premières, faisant tenir ensemble des éléments contraires, se développe la vision d’une admirable correspondance universelle, entre les éléments [feu, eau ; terre, air] ; les humeurs [bile jaune, lymphe ; bile noire, sang] ; les organes [foie, cerveau ; rate ; cœur] ; les saveurs [amer ; salé ; acide, sucré] ; les couleurs [jaune, blanc ; vert, rouge] ; les saisons [été, hiver ; automne, printemps] ; les âges de la vie [enfance, âge mûr ; jeunesse, vieillesse] ; les orients [sud, nord ; ouest, est] ; etc.
Le monde entier y passe.

JJB, avril 2020