Imprimer
Catégorie : Bibliographie
Affichages : 345

Extrait de Grenville-Murray (E. C.), Les Turcs chez les Turcs, 1878

CHAPITRE DIXIEME

ESCLAVAGE ET LIBERTÉ

I

LES ESCLAVES

L'esclavage existe encore en Turquie. Mais ceux que le Musulman appelle « ses enfants », selon les préceptes de sa foi, ne doivent pas être confondus avec les esclaves qui servaient, jadis, les chrétiens. Jamais, d'ailleurs, le sort de l'esclave turc n'a été comparable à celui du nègre au service des planteurs américains, ou du serf qui gémissait, il y a vingt ans, sous le joug du boyard russe. Autrement, la religion de Mahomet eût fait moins de prosélytes, et les Turcs de la basse classe seraient moins attachés au culte et aux maximes du Prophète.

La religion chrétienne ne condamne pas l'esclavage en termes formels, et c'est seulement au nom de raisons politiques ou de considérations humanitaires qu'on l'a aboli parmi nous. Dans son épître à Philémon, saint Paul ne lui reproche pas d'avoir un esclave ; il se borne à plaider la cause d'Onésime, et à demander que ce fugitif soit regardé par son maître comme un serviteur libre.

Mahomet est beaucoup plus explicite ; il prescrit que l'esclave soit toujours bien traité ; il déclare que le Musulman ne peut faire une meilleure action que d'affranchir celui qui le sert .Le Coran pousse la minutie, sous ce rapport, jusqu'à préciser le nombre de coups qu'un maître peut infliger, et il ordonne, expressément, que le serviteur émancipé soit considéré comme un égal. Cette prescription a toujours été respectée, à tel point qu'en mainte circonstance, les plus hautes fonctions de l'Etat ont été occupées par des esclaves. Aussi, un Ottoman n'éprouve-t-il aucune gêne à dire qu'il descend d'une famille, d'affranchis.

De hautes et profondes considérations politiques inspiraient certainement Mahomet, lorsqu'il léguait ces recommandations à ses fidèles. Soucieux de faire des prosélytes, il devinait que le plus sûr moyen d'y parvenir était de s'attacher les classes déshéritées. L'esclavage existait partout au septième siècle, et les esclaves n'étaient guère mieux traités que des animaux. En élevant les pauvres à un certain niveau de dignité ; en professant qu'ils s'honoraient en servant leur prochain ; en leur présentant la perspective de l'affranchissement, le Prophète les rallia, sans peine, à sa doctrine. Us embrassèrent sa religion par myriades, et, bientôt, la coutume vint adoucir encore les prescriptions de sa loi. Quand on se rappelle qu'il y a moins de cinquante ans, les planteurs de la Jamaïque s'opposaient à ce que la Bible fût prêchée parmi leurs noirs, de peur qu'elle ne les rendît ingouvernables ; quand on lit la Case de l'oncle Tom, ou que l'on songe à la façon avilissante dont les nègres étaient traités, naguère, dans la très-catholique île de Cuba, force est de reconnaître que le monde chrétien fut surpassé et devancé, en fait d'humanité et d'équité, par le monde musulman.

L'esclave turc allait à la mosquée avec son maître ; il avait les mêmes devoirs, les mêmes droits religieux que lui. Ce qui était permis à l'un, l'était à l'autre ; ce qui était interdit à celui-là, l'était également à celui-ci. A tous les deux, le Coran défendait de boire du vin ; de manger pendant le jour, durant le Ramadan ; ou de travailler le vendredi. Un maître n'eût pas osé empêcher son esclave d'aller en pèlerinage à la Mecque, « pour y gagner le Paradis. »

Puis, il arrivait souvent qu'après huit ou dix ans de bons services, l'esclave recevait sa liberté. Ces affranchissements étaient même fréquents, en raison de la coutume des grandes familles de libérer, par centaines, leurs serviteurs, à l'occasion d'un événement heureux, tel qu'un mariage ; et d'acheter ceux des gens moins riches, pour les émanciper. Un esclave pouvait encore réclamer son affranchissement comme un droit, s'il avait sauvé la vie de son maître ou fait des prisonniers dans une bataille. A l'époque où les Turcs étaient une nation belliqueuse, les prisonniers de guerre devenaient esclaves, à moins qu'ils ne fussent Musulmans ; aussi, ceux qui étaient chrétiens s'empressaient-ils de se convertir à l'Islam, pour bénéficier de ses dispositions. Peu à peu, à mesure que le champ des conquêtes turques se rétrécit, les Ottomans élargirent notablement le sens du mot « infidèle ». C'est ainsi qu'ils firent esclaves les Circassiens, les Kurdes, même les Persans qui étaient des «croyants » comme eux. Il est vrai qu'ils appelaient ces derniers yezids [yezidis], ou adorateurs du démon. Le marché des esclaves à Constantinople a été formellement aboli, il y a vingt-cinq ans ; néanmoins, en 1864, les agents des pachas couraient encore la Circassie, pour y acheter des enfants et des jeunes filles. Lorsque cette région tomba au pouvoir des Russes, ce trafic fut interrompu ; mais la population musulmane émigra dans différentes parties de la Turquie, et c'est parmi ces colonies que se recrute aujourd'hui le personnel des harems. Les Circassiens qui ont été habitués, pendant des siècles, à fournir des esclaves aux Ottomans, n'hésitent pas à vendre leurs enfants : actuellement surtout, où les prix se sont élevés, au point d'atteindre 2,500 francs pour une fille de dix à douze ans, et 800 à 1000 francs pour un garçon du même âge. Ce sont là des chiffres tentants pour des paysans dans la gêne ; aussi l'acheteur qui les propose, est-il accueilli dans les villages des colonies circassiennes avec autant d'empressement que le colporteur l'est ailleurs.

Le marchand d'esclaves est pourtant obligé de s'entourer d'un certain mystère, la loi interdisant cet odieux négoce. Un «croyant» ne peut pas trafiquer de sa chair et de son sang, ni acheter les enfants d'autres « croyants », même quand ceux-ci y consentent. D'autre part, si les Circassiens se donnaient pour chrétiens, l'affaire, en arrivant aux oreilles du consul, pourrait amener la pendaison du trafiquant.

Peut-être les enlèvements sont-ils plus fréquents qu'on ne le suppose. La tentation de prendre les enfants errants doit être bien forte pour le marchand, qui sait le parti qu'il en tirera et qui a, derrière lui, toute une suite de nègres pour défendre sa proie, le cas échéant. j\lais les Circassiens sont avisés ; ils vont aux champs, la carabine en bandoulière, et s'ils aperçoivent un marchand accompagné d'enfants montés, selon l'usage, sur des chameaux, ils exigent qu'il produise des reçus en règle, avant de lui permettre de poursuivre sa route. D'après les rapports et les bruits en circulation, les rencontres entre ces caravanes et les paysans, se terminent souvent au désavantage des marchands.

Le grand obstacle à l'abolition de l'esclavage en Turquie est la connexité de cette question avec celle des harems. Les deux institutions se tiennent, et sont dans la dépendance l'une de l'autre. D'une part, les femmes turques ne peuvent pas être contraintes à demeurer enfermées, si leurs servantes sont libres ; d'autre part, les « vieux Turcs » n'envisagent qu'avec effroi la suppression du harem. Toutefois, comme les « jeunes Turcs » des provinces européennes sont moins arriérés sous ce rapport, il est possible que leurs idées, sur ce point, s'étendent à leurs frères d'Asie. En attendant, le meilleur moyen d'obtenir graduellement la suppression de l'esclavage, parmi ceux-ci, est de les obliger à obéir à leurs propres lois.

II

LES COUVENTS.

Le monastère de Chio vaut certainement la peine d'être visité, et l'histoire de sa fondation est vraiment digne d'être rapportée.

Deux moines, nommés Joannis et Nicetas, vivaient — au onzième siècle — au sommet d'une montagne, en odeur de sainteté. Une nuit qu'ils étaient éveillés, ils aperçurent une lueur à quelque distance d'eux, et, le même phénomène s'étant renouvelé au même endroit, plusieurs jours de suite, ils se décidèrent à quitter leur retraite, pour aller voir d'où cette clarté pouvait provenir. Mais leurs recherches n'amenèrent aucun résultat ; ils rentrèrent à leur cabane, convaincus que quelqu'un s'était caché parmi les arbres et qu'il s'était enfui à leur approche. La lueur, toutefois, continua de briller chaque soir, et les ermites mirent le feu au bois pour éloigner les malfaiteurs qui venaient, dans leur pensée, y chercher refuge. Un seul arbre échappa à l'incendie. En l'examinant soigneusement, Joannis et Nicetas trouvèrent une image de la Vierge gravée sur une des branches. Elle était remarquablement belle ; ils la coupèrent, et l'emportèrent à leur chapelle.

La Vierge ne goûta pas ce changement de domicile. Le soir, dès que les ermites furent endormis, elle descendit de sa niche et revint se placer, où s'était montrée la lueur qui avait excité la juste curiosité des deux saints, Trois fois la même merveille se répéta. Comprenant, à la fin, la signification de ce va-et-vient, les moines élevèrent une chapelle à l'endroit où ils avaient trouvé l'image, et la dédièrent à Marie.

Celle-ci, du reste, ne fut pas ingrate ; car des voleurs arabes ayant voulu dévaliser les moines qui passaient pour riches et qui l'étaient, elle imagina un moyen remarquable pour leur ôter l'envie de recommencer. Quand les brigands cherchèrent à détacher, à coups de hache, les pierres précieuses qui ornaient la chapelle, il advint que les étincelles produites par le choc de l'instrument sur la pierre, allumèrent une flamme qui consuma les Arabes. Une corde qui devait servir à emporter le butin et un morceau du manche de la hache, sont- gardés en souvenir de cette circonstance extraordinaire.

Les bienfaits de la Vierge ne s'arrêtèrent pas à cet exploit ; les moines lui durent encore d'apprendre que Constantin Monomachos serait, un jour, empereur de Constantinople. Ce personnage était en exil à Mitylène, à l'époque où les deux ermites furent gratifiés de la nouvelle de son prochain avènement au trône, et attendait, chaque jour, la mort. Il fut, naturellement, très-sensible à l'agréable prophétie des solitaires, quand ceux-ci se présentèrent pour lui en faire part ; étant Grec, toutefois, il hésita à y croire.

Mais les moines tenaient le renseignement de source trop sûre pour pouvoir partager ce doute ; voyant leur empereur incrédule, ils résolurent immédiatement de tirer parti de son scepticisme, en lui demandant de s'engager à leur faire un don, dans le cas où la prédiction se réaliserait. Constantin, d'autant plus disposé à tout promettre qu'il croyait n'avoir jamais rien à tenir, se mit à la discrétion des deux saints hommes et leur donna sa bague en gage de sa bonne foi. Quand, donc, la prophétie se vérifia, Joannis et Nicetas réclamèrent l'exécution de la promesse du nouvel empereur, et comme il est toujours dangereux de se brouiller avec des moines, Constantin leur demanda ce qu'ils souhaitaient. Ils répondirent : Un monastère. On ajoute que Sa Majesté fut tout heureuse d'en être quitte à si bon compte.

L'église du couvent est richement décorée ; j'y ai trouvé les plus belles mosaïques qu'on puisse voir. L'établissement ressemble, d'ailleurs, à tous ceux du même genre, que j'ai été appelé à visiter. C'est un vaste édifice, simple, bien aéré, avec un large réfectoire. Le cuisinier est excellent ; il fait même le civet de lièvre et le macaroni, avec une rare habileté. Le supérieur a cette mine réjouie et ces manières affables qui attestent qu'on a l'esprit tranquille et l'estomac en bon état. Dans le jardin du couvent, j'ai aperçu beaucoup de lentisques, et j'eusse aimé à profiter de cette occasion pour m'initier exactement à la façon dont les femmes turques emploient, pour leur toilette, le produit de cet arbre ; mais mes questions, sur ce point, n'ont pas été suivies de réponses satisfaisantes. Le mastic se forme entre l'écorce et le bois ; des incisions l'amènent à la surface, d'où il s'écoule en gouttes épaisses. Voilà tout ce que j'en puis dire ; mais je me félicite que l'usage de cette résine ne soit pas plus répandu, car il est difficile d'imaginer une substance plus répugnante par son odeur et par sa viscosité.

Un mot, maintenant, des couvents de femmes. On leur a reproché d'être la honte de l'Eglise grecque ; je n'entamerai pas cette discussion. J'y ai bu du rakee, pris du café, mangé des sucreries, fumé des pipes ; c'est là tout ce que j'en veux raconter. Nous hésitâmes, d'abord, mes compagnons et moi, à allumer des cigares, malgré les habitudes du pays ; mais les sœurs calmèrent nos scrupules en exhibant, elles-mêmes, d'élégants narghilés et du tabac, coupé avec un art et une finesse dont la main féminine a seule le secret.

Ce couvent contenait soixante-dix femmes. Comme celles qui nous avaient reçus étaient âgées, nous demandâmes à être présentés au reste de la communauté, et des sœurs, plus jeunes, vinrent nous rejoindre. Nous leur achetâmes des gants et des chaussettes qui constituent, pour l'établissement, une source considérable de profits, et puis nous nous retirâmes.

Aux abords de ce couvent comme autour de la plupart des monastères, le paysage est d'une beauté et d'une variété exceptionnelles. Et je me demandais, en l'admirant, s'il n'était pas injuste de refuser aux femmes le droit de recevoir convenablement leurs amis, lorsque personne ne songe à le contester aux hommes? Quant au reste, peut-être le mieux est-il de dire... « Honni soit qui mal y pense !».