Imprimer
Catégorie : Bibliographie
Affichages : 227

 Extrait de Joanne A. et Isambert E., Itinéraire descriptif, historique et archéologique de l'Orient, 1861 : Turquie

IIe section : Histoire. 

1re période. De 2680 à 548 avant J.-C. 

EMPIRE D' ASSYRIE. 

2680 à 759. — Assur fonde la ville de Ninive sur le Tigre. — Nemrod fonde Babylone sur l'Euphrate — Bêlas, roi de Ninive, reprend Babvlone sur les Arabes pasteurs, et fonde par la réunion de Ninive et de Babylone le premier empire assyrien. Il reconstruit Ninive. 

Sémiramis fortifie et embellit Babylone. 

Du règne de Ninyas à celui de Sardanapale, l'Assyrie est gouvernée par une suite de rois, remarquables seulement par leur fainéantise et leur mollesse. 

759. — Révolte de Babylone. Les Babyloniens unis aux Mèdes assiègent et prennent Ninive. — Sardanapale est détrôné. 

759-606. — Ninive et Babylone, qui s’est rendue indépendante, forment deux États séparés. — Phul, Téglat-Phalazar, Salmanazar, Sennachérib, Assarhaddon, rois de Ninive. se signalent par des victoires remportées sur les rois de Syrie, ceux de Jérusalem et cenx de Juda. — Salmanazar détruit Israël. — Assarhaddon emmène en captivité Manassès, roi de Juda. — Il replace Babylone dans la dépendance de Ninive .
Nabonassar, un des rois de Babylone, donne son nom à une ère nouvelle (747).
Défaite des Assyriens, commandés par Holopherne, en Judée (667). 

606 — Les Mèdes, avec l'aide de Nabopolassar, gouverneur de Babylone, s’emparent de Ninive. — Le roi régnant, Sarac, périt comme Sardanapale dans l'incendie de son palais. — Ninive est détruite. — Nabopolassar, par l’annexion des provinces riveraines du Tigre, à Babylone, fonde le second empire assyrien. 

604.— Nabuchodonosor. — Il s’empare de Jérusalem et détruit le royaume de Juda — Il fait construire les jardins suspendus de Babylone. — Après lui, Ëvilmérodach, Nériglissor, Laborosoarchod se succèdent et se ressemblent par l’insignifiance de leurs règnes. 

538. — Cyrus, roi des Médo-Perses, assiège le roi Balthazar dons Babylone. — La ville est prise. — Le second empire assyrien périt avec Balthazar. 

EMPIRE DES LYDIENS. 

De 1579 à 548, la Lydie est gouvernée par trois dynasties de rois, les Atyades, les Héraclides, les Mermnades. L’histoire de ces rois est presque entièrement fabuleuse. Les plus connus d’entre eux sont les rois Candaule et Crésus. 

Ce dernier est détrôné en 548 par Cyrus; avec lui finit l’empire de Lydie, qui avait pour capitale la ville de Sardes. 

Les colonies grecques de l’Asie Mineure se multiplièrent très-rapidement après la chute du royaume pélasgique de Troie, qui donna aux Grecs le signal des émigrations. Troie, assiégée en 1193, fut prise eu 1184. En 1124 l'émigration éolienne, partie du port d’Aulis, occupe la Mysie et les îles de Lesbos, Ténédos. Hécatonnèse. — En 1044, les Ioniens fondent les villes de Chio. de Samos, dans les îles de ce nom, Milet, Myonte, Priène, Éphèse, Téos, Érythrées, Clazomène; pendant que les Doriens occupent l'île de Mélos, la Crète, Cos, Rhodes et toute la côte S.-O. de l’Asie Mineure. 

[452]

IIe Période. — domination des Perses. 

546.— Cyrus, fondateur de l’empire des Perses, permet aux Juifs de rebâtir leur temple. 

529.— Cambyse, successeur de Cyrus, conquiert l’Egypte. 

521. — Darius monte sur le trône. — Il accable les Mèdes révoltés. 

517. — Il assiège et prend Babylone, qui avait participé à la rébellion. 

501. — Révolte des Grecs d’Ionie soutenus par les Athéniens. — Commencement des guerres dites Guerres Médiques, qui se continuent sous le règne de Xerxès (485) jusqu'à la paix de Cimon (449). (V. Grèce.) 

471-405 — Artaxerxès longue-main, Xerxès II, Sogdien, Darius II, Artaxerxès II, font la guerre aux Grecs, ou prennent parti dans leurs dissensions, tantôt pour Athènes, tantôt pour Lacédémone. 

401. — Cyrus dispute l’empire à son frère Artaxerxès- Mnemon II. — Bataille de Cunaxa. — Victoire des Grecs mercenaires. — Mort de Cyrus, leur chef. — Retraite des dix mille Grecs sous la conduite de Cléarque et de Xénophon. 

396. — Agésilas, roi de Sparte, tente la conquête de la Perse — Le satrape Tissapherne est défait près de Sardes. 

334. — Alexandre le Grand envahit l’Asie Mineure. — Il gagne sur Darius Codoman (Darius III) la bataille du Granique. 

333. — Conquête de la Syrie et de la Phénicie. — Bataille d'Issus. 

331. — Alexandre envahit l’Assyrie et bat l’armée de Darius à Arbelles. — Mort de Darius. 

323. — Alexandre meurt à Babylone.

IIIe période - domination grecque. 

301 — Bataille d’Ipsus entre Cassandre, Ptolémée, Lysimaque, Séleucus et Antigone, pour le partage de l’empire d'Alexandre. — Antigone est tué — Trois royaumes nouveaux se forment, les royaumes de Syrie, d’Egypte et de Macédoine. 

Royaume de Syrie sous les Séleucides, de 312 à 64. 

307. — Séleucus Nicator fonde les villes de Séleucie et d'Antioche. 

190. — Intervention des Romains dans les affaires de l’Asie Mineure. — Lucius Scipion défait, près de Magnésie, Antiochus le Grand, qui lui cède l’Asie en deçà du Taurus. 

164. — Révolte des Machabées contre Antiochus IV Epiphane. 

63. — Pompée conquiert la Syrie, qui devient romaine. 

Royaumes de Pergame, de Bithynie, de Pont, etc

283-129. — Eumène, Attale, pour se maintenir contre les Séleucides, appellent les Romains à leur secours et les introduisent en Asie. 

129. — Les Romains s'emparent du royaume de Pergame. 

La Bithynie, très-ancien royaume, successivement soumis aux Perses, aux Macédoniens, puis indépendant, eut pour dernier roi Nicomède III, qui mourut léguant le pays aux Romains (75). 

Le royaume de Pont, fondé en 120, par un satrape qui l’affranchit de la domination des Séleucides, n'a eu qu'un roi remarquable, le dernier. Mithridate VII qui fit la guerre aux Romains. — Défait par Lucullus en Bithynie (73), il recommence peu après les hostilités. — Il est vaincu et le Pont déclaré province romaine en 63. — La domination romaine s’étend jusqu’aux sources de l’Euphrate. 

Les Galates, peuplade gauloise, envahissent l’Asie en 278. — Vaincus plusieurs fois par les Romains à diverses époques, ils sont définitivement soumis à la domination romaine (25). 

La Cappadoce, d'abord indépendante, puis soumise aux Perses, aux Macédoniens, aux Séleucides, à Mithridate, au protectorat romain, fut réduite en province romaine, par Tibère, 18 ans ap. J.-C. 

IVe période.— Domination romaine. 

55 apr. J.-C. — Prédication de l’apôtre saint Paul dans l’Asie Mineure. 

105-117. — Expédition de Trajan contre les Perses. — Il conquiert le pays jusqu’au Tigre. — Après sa mort, la vallée du Tigre échappe à la domination romaine. 

226. — Guerre entre Alexandre-Sévère et Artaxerxès, premier roi de la dynastie des Sassanides, dont il fonda le pouvoir sur les ruines de l’empire parthe des Arsacides. 

258. — Valérien marche contre Sapor, roi des Perses, qui s’était emparé d’Antioche.— Il est vaincu et fait prisonnier dans une bataille livrée près d’Édesse en 260. 

297.— Campagne de Galérius contre Narsès, roi des Perses. Narsès vaincu lui cède la Mésopotamie avec cinq provinces au delà du Tigre. 

325.— Concile œcuménique tenu à Nicée, qui condamne l’hérésie d’Arius. 

363. — Expédition de Julien contre les Perses. Il franchit le Tigre, mais bientôt il est obligé de battre en retraite.— Il périt dans un combat. — Jovien, successeur de Julien, restitue aux Perses les provinces transtigritanes qui, malgré la mort de Julien, étaient restées au pouvoir des Romains. 

528-562. —Les Perses attaquent obstinément les frontières de l’empire romain. — Repoussés, ils reviennent sans se lasser.— Leur tactique change.— Leurs armées, plus régulières, avancent lentement, mais sûrement. On fait des traités de paix, mais ces traités ne sont dans l’esprit des deux ennemis que des trêves plus ou moinslongucs employées à réparer les pertes et à assembler les forces nécessaires pour la continuation de la guerre. Après une de ces trêves, Kobad, roi des Perses, recommence les hostilités.— Bélisaire, général de Justinien, lui tient tête.— Les Perses sont défaits. — Bélisaire est rappelé à Constantinople. — Khosroès Nouschirwan succède à Kobad. — Il conclut la paix avec l’Empire en 533.— En 510, Khosroès reprend les armes; il ravage la Syrie, s’empare d’Antioche. Justinien lui oppose Bélisaire, vainqueur des Goths d’Italie. — Bélisaire arrête les progrès de Khosroès et le force à demander la paix. 

564 — Traité de paix qui garantit aux chrétiens de la Perse la liberté de conscience. 

574. — Victoires des Perses qui battent les armées de Justin II. 

611. — Khosroès II profite d’une invasion des Avars qui ravagent les provinces septentrionales de l’Empire, pour attaquer la Syrie. — Il dévaste la Syrie, la Palestine, et vient planter son camp en face de Constantinople, à Chalcédoine, où l’armée persane reste pendant dix ans. 

622. — L’empereur Héraclius attaque l’Asie Mineure par le sud. — Il gagne une bataille à Issus, et soumet les provinces septentrionales — Il pousse de Trébizonde à Oroumiah, la ville où naquit Zoroastre. Cette diversion rappelle les armées persanes derrière l’Euphrate. 

627. — Héraclius attaque a son tour la Perse. — Il gagne la bataille de Mossoul et pousse jusqu’à Ctésiphon. — Khosroès est assassiné par son fils Siroès qui lui succède. 

Ve période. — Domination arabe. 

632-638. — Conquête de la Syrie par les Arabes. — Bataille d’Aiznadin, où l’armée d’Héraclius est vaincue, 634.— Prise de Damas. — Khaled détruit l’armée grecque fugitive. — Prise d’Alep. — Prise d’Antioche. — Héraclius abandonne la Syrie aux conquérants, 638. — Bataille de Cadésiah qui dure 3 jours ; les Perses sont vaincus par les Arabes. — Conquête de la Perse. 

637. — Les Arabes fondent les villes de Bassorah et de Koufah, sur les bords du Chat-el-Arab.

661. — Moawiah. Premier khalife de la dynastie des Ommiades, après l’assassinat d’Ali, choisit Damas pour capitale de l’empire arabe. 

717. — Le khalife Soliman conduit une armée de 120 000 hommes sur les borda du Bosphore, en face de Constantinople que sa flotte assiège. — L’attaque des Arabes est repoussée, grâce au feu grégeois. 

752 — Destruction de l’empira des khalifes Ommiades d’Asie. — Les Abbassides les remplacent. 

762 — Abou-Djafar-Almausour, khalife abbasside, fonde la ville de Bagdad, qui devient la capitale des khalifes de cette dynastie. 

[454]. 

786-809. — Haroun-ar-Raschid règne à Bagdad. — Il encourage les sciences, et vulgarise chez les Arabes les arts de Constantinople. — Son fils Al-Mamoun fonde une académie, et de nombreuses écoles. Après lui régnent une suite de khalifes, qui ne sont plus que des despotes cruels et fainéants. La plupart périssent de mort violente. — Les milices turques enrôlées au service des khalifes se rendent indépendantes sur divers points de l'empire. Elles se choisissent des chefs qui imposent la loi aux khalifes au lieu de la recevoir d'eux. Ceux-ci, à partir de Kayim, n'ont plus qu'un pouvoir nominal.

VIe période.— Domination turque. 

995, — Une dynastie de souverains turcs enlève dans la province de Gaznab, d’où elle tire son nom de famille des Gaznévides. Mahmoud, deuxième souverain de cette race, prend le titre de sultan. Il fait la conquête dn Khorassan; mais Seldjouk, un esclave, soulève et entraîne la tribu des Turcomans, que Mahmoud avait appelée et établie en Perse. — Il renverse la famille des Gaznévides. — Seldjouk est le fondateur de la dynastie des Seldjoukides. 

1058. — Togrul-Bey, petit-fils de Seldjouk, reçoit l’empire des mains de Kayim, khalife de Bagdad. Kayim remonte sur le trône, mais il ne lègue à ses successeurs qu’une vaine autorité sur la province de Bagdad. 

1093. — Mélik-Shah, sultan seldjoukide du Khorassan, meurt, et son empire se divise. — La Perse, la Syrie forment des royaumes distincts ; un membre de la famille des Seldjoukides fonde la sultanie d'Iconium ou de Roum [Konya]. 

1097. — Les premiers croisés débarquent en Asie Mineure. — Ils mettent le siège devant Nicée. — l’empereur Alexis couvre la ville de son pavillon. — Les croisés s’éloignent et s’enfoncent dans l'intérieur de l’Asie. — Ils battent Kilidj-Arslan à Dorylée, 1097. — Baudoin s'empare d’Édesse, le reste de l’armée chrétienne va prendre Antioche. — Bohémond est proclamé prince d'Antioche. — Kerboga, lieutenant du khalife de Bagdad, vient assiéger Antioche. — Les croisés font une sortie et repoussent les Turcs. 

1144. — Noureddin, sultan de Syrie, reprend Édesse, dont la population chrétienne est passée au fil de l'épée. — Cet événement provoque la seconde croisade. 

1147. — Seconde croisade conduite par Louis VII. — Elle n’aboutit qu’à des résultats désastreux. 

1189. — Saladin, sultan d’Égypte et de Syrie, reprend Jérusalem. — Frédéric Barberousse, empereur d’Allemagne. Philippe Auguste et Richard Cœur de Lion prennent la croix. Aucun de ces trois souverains ne réussit à reprendre Jérusalem. — Richard Cœur-de-Lion s’empare de Chypre, et la remet aux mains de Guy de Lusignan. 

1204. — Les Comnènes, chassés de Constantinople par l’armée des croisés, fondent le royaume de Trébizonde et celui de Nicée, dont le cinquième empereur Michel Paléologue reconquiert Constantinople en 1261. 

1300. — Osman, chef des turcomans du Khariezm.

1288. — Il fonde l’empire Ottoman sur les ruines de celui des Seldjoukides, — il conquiert une partie de la Paphlagonie, et prend le titre de sultan. 

1326-1360. — Orkhan-el-Ghazi fait la conquête de Brousse, qui devient le siège de l’empire. 

1389-1402. — Bajazet Ier assiège Constantinople. — Invasion de Tamerlan qui dévaste l’Asie Mineure. — Bajazet est vaincu par Tamerlan, et fait prisonnier. — Il meurt au pouvoir de son vainqueur. — Interrègne de 11 ans. 

1453-1460. — Destruction de l’empire grec. Destruction de l’empire de Trébizonde. Mahomet II règne à Constantinople. (Pour la suite des événements dont l’Asie Mineure a été le théâtre, voir l’histoire de la Turquie d’Europe, pages 285-287).