Imprimer
Catégorie : Biographies de personnages historiques
Affichages : 8737

A une époque de troubles et de luttes pour la succession de Bayezit Ier, après la bataille d'Ankara en 1402, alors que la population est écrasée de taxes, une révolte sociale suscitée par Cheikh Bedreddin, Börklüce Mustafa et ses disciples a éclaté dans l'empire ottoman. Nazim Hikmet lui consacra un poème épique (Şeyh Bedrettin Destanı).


Cem Karaca, Zülfü Livaneli et d'autres artistes turcs contemporains ont chanté le poème de Nazim Hikmet qui avait été condamné en 1938 pour avoir incité des soldats à lire les écrits de Bedreddin considéré par certains comme un précurseur du communisme.
La notice du Dictionnaire de Hoefer (1866) ci-dessous s'inspire du texte de l'historien allemand Hammer qui lui-même consulta des sources anciennes, les historiens grecs contemporains de Mehmet II et les historiens ottomans.


Mustafa Boerekludjé [Börklüce Mustafa], sectaire et prétendant ottoman, né sur le mont Stylarius, près du golfe d'Izmir, vers 1390, mort en 1417, à Ephèse. De basse extraction, il s'attacha au célèbre mufti Bedrettin [ou Bedreddin] [1359?-1420?] de Simald, qui à l'avénement de Mehmet Ier avait été relégué à Nicée [Iznik]. Plein d'exaltation et de fanatisme, Mustafa Boerekludjé se constitua le chef politique de cette fameuse conspiration des derviches, qui est bien le fait le plus extraordinaire des annales ottomanes. Ayant pris les titres de dédé-sultan ou pape-sultan, il se mit à prêcher une nouvelle doctrine religieuse, qui était basée sur la possession en commun de tous les biens, à l'exception des femmes. Plus empressé de propager sa doctrine parmi les chrétiens que parmi les musulmans, Mustafa envoya à Chio des missionnaires chargés de faire des prosélytes parmi les magistrats, les prêtres séculiers et les anachorètes grecs.
Un de ces émissaires, la tête nue et les pieds entourés d'un morceau de drap, se présenta chez un anachorète grec : «Je suis anachorète, comme toi, lui dit-il ; j'adore le même Dieu que toi, et je viens te voir pendant la nuit, en marchant à pied sec sur la mer».
Mustafa se rapprocha des chrétiens sous plus d'un rapport. Il réforma la manière de vivre et l'habillement de ses sectaires d'après les habitudes de l'occident, et abolit diverses ordonnances des sultans ottomans. Justement alarmé de ces hardiesses, Mehmet Ier envoya contre les sectaires d'abord un renégat serbe, Sisman, gouverneur de Sarukhan, puis, à la mort de celui-ci, tué dans un combat contre les rebelles, son successeur Ali Bey. Mais Mustafa, qui, après avoir fortifié tous les défilés des environs, avait fait du mont Stylarius le siège central et la forteresse inexpugnable de sa domination, défit aussi ce second adversaire, qui put à peine se sauver à Magnésie [Manisa]. Serré enfin de près par le prince Murat, fils aîné de Mehmet Ier, et par le grand vizir Beyazid Pacha qui avaient forcé les défilés, Mustafa fut vaincu dans une bataille décisive, où il avait lutté avec un courage digne d'un meilleur sort, près de Kara-Tournou (péninsule de Karaburun, dans la province d'Izmir). Il fut fait prisonnier et conduit à Éphèse. Après avoir subi les plus affreuses tortures, il fut cloué sur une longue planche, les bras et les jambes écartées, et, ainsi attaché sur un chameau, promené dans toute la ville. Mais il résista jusqu'à la mort à toutes les tentatives de le faire rentrer dans l'islamisme. Il en fut de même de la plupart de ses sectaires, qui se précipitèrent au-devant des poignards, en s'écriant : Dédé-sultan, reçois-nous dans ton royaume.
Non-seulement parmi les musulmans, mais aussi chez beaucoup de chrétiens se propagea la croyance que Mustafa n'était pas mort, et qu'il vivait retiré à Samos ou à Chios, pour recommencer la vie ascétique. Mais les deux autres chefs de la secte, Bedrettin et le juif Torlak Kemal, ayant été pris et pendus en Macédoine deux ans après, cet illuminisme finit par se calmer.

Ch. R.

Sources de cette notice : Seadeddin, Solakzade, Heschir, historiens ottomans. - Ducas, Phranzes, en Grec - Neschri, Histoire de l'Empire ottoman.

Extrait de la Nouvelle biographie universelle de Hoefer, 1866


****************
Note
Irène Mélikoff parle d'un sema, le "Uryanlar Sema'i" , ""danse des nus", [...] dansé dans certaines régions, en l'honneur de Cheykh Bedreddin, le jour présumé de sa mort. Il aurait été pendu nu dans le bazar de Serrès." [in Irène Mélikoff, Hadji Bektach: un mythe et ses avatars : genèse et évolution du soufisme ..., Brill, 1998, 368 pages]

Pour compléter :