Imprimer
Catégorie : Biographies de personnages historiques
Affichages : 1609

Süleyman Çelebi, fils de Bayezid Ier, le sultan battu par Tamerlan à Ankara en 1402, était prétendant au trône ottoman, mais fut battu par son frère, Mehmet Ier.

Soliman Tchelebi [Süleyman Çelebi, 1377-1411], fils de Beyazit Ier, et que quelques auteurs comptent parmi les sultans ottomans, reçut ordre de se retirer du champ de bataille, lorsque son père vit la victoire assurée à Tamerlan, dans la terrible journée d'Ankara, l'an 1402. Le jeune prince passa en Europe, et se fit proclamer sultan à Edirne par tout ce qui était resté de troupes ottomanes au-delà du Bosphore, dès qu'il eut appris la mort de son père. Il rejeta l'offre que Tamerlan lui faisait faire de tenir une souveraineté de lui, et traita ses ambassadeurs avec mépris. A la vérité, l'Hellespont prêtait son appui à cette bravade ; et le conquérant de presque toute l'Asie, le maître de tant de soldats, n'avait pas une galère.

Après la retraite des Tartares, Soliman, à la tête des troupes d'Europe, vint à Bursa attaquer son frère Musa, qu'ils avaient placé sur le trône ottoman d'Asie. Deux fois Musa, sans oser l'attendre, s'enfuit et disparut devant lui. Mais les faveurs de la fortune corrompirent l'esprit du jeune et fougueux Soliman. Il eut l'imprudence de se brouiller avec son frère Mehmet, gouverneur d'Amasie [Amasya]. En dédaignant son hommage et en renvoyant ses ambassadeurs, il se priva d'une ressource assurée. Ses excès lui nuisirent plus que les efforts ouverts ou les menées secrètes de son frère Musa. Esclave de ses passions et des penchants les plus honteux, Soliman était adonné à l'ivrognerie, le vice le plus condamnable aux yeux des musulmans : ils méprisèrent un prince qui foulait aux pieds leur sainte loi, et rappelèrent unanimement Musa.

Soliman, abandonné, et réduit à repasser en Europe, fut poursuivi par Musa, qui l'obligea d'évacuer Edirne. Il alla chercher un asile chez l'empereur Manuel Paléologue, auprès duquel il  espérait trouver un appui. Il se dirigeait à cheval vers Constantinople mais il s'arrêta en chemin pour se reposer, et demanda du vin. Cette hardiesse, l'état d'ivresse où il se plongea, la richesse de ses vêtements le firent reconnaître ; des Turcs du parti de son frère l'attaquèrent et le mirent à mort, l'an 1410[-1411].

Soliman, sans avoir mérité le titre de sultan, tint le sceptre pendant huit années. Il offrait le composé monstrueux de tous les vices et de toutes les vertus. Doué d'un courage brillant que son bonheur faisait encore valoir, plein de clémence et de générosité tant que ses périls firent la règle de sa conduite : dès qu'il crut n'avoir plus rien à craindre, les plus honteux penchants le dominèrent, l'abrutirent, son courage seul l'accompagna jusqu'à la mort. S-Y.

La plupart des historiens turcs ne comptent point Soliman, ni ses frères Isa, Musa et Djem, parmi les empereurs ottomans, parce qu'ils régnèrent précairement, et qu'aucun d'eux ne possède la totalité de l'empire, dont ils se disputèrent les lambeaux. Ce temps de trouble et d'anarchie est indiqué dans leurs annales par un interrègne de douze ans, qui finit à l'avénement de Mehmet Ier. A-T.

Notice extraite de la Biographie universelle, ancienne et moderne..., Michaud, 1825