Imprimer
Catégorie : Biographies de linguistes
Affichages : 3178

Henri-Jules Klaproth (1783-1835) fut un grand orientaliste, très érudit et excellent connaisseur de la Chine et des langues de l'Asie, qu'elles soient turques, caucasiennes ou chinoises.

Henri-Jules Klaproth naît le 11 octobre 1783 à Berlin.

A 15 ans, il commence seul l'étude des langues asiatiques, surtout le chinois.
En 1801, il fréquente l'université de Halle qu'il quitte 15 mois, n'ayant trouvé l'enseignement et la documentation qu'il espérait.
Il poursuit ses études à Dresde en 1802 et à Weimar pour y présider la publication du journal qu'il vient de créer, à l'âge de 19 ans, "Asiatisches magazin" (12 numéros en 1802 et 1803). Il est remarqué par le comte Potocki.

Il retourne à Berlin en 1804, d'où il part à l'académie des sciences de Saint-Pétersbourg sur la recommandation de Potocki, pour y prendre le poste d'académicien-adjoint pour les langues et pour la littérature asiatiques.

Il accompagne, en 1805, l'ambassade du comte Golovkin à Pékin et traverse la Sibérie, le sud du lac Baïkal jusqu'à la Chine. Pendant ce voyage, Klaproth étudie les langues des peuples d'Asie centrale : Finnois, Tartares, Bachkirs, Dzoungars, Téléoutes, Toungouses.

A Irkoutsk, il demeure 10 mois et recueille de nombreux matériaux et achète des livres chinois, mandchous, mongols et japonais.
L'ambassade échoue pour des questions d'étiquette. Pendant son retour, en 1806, il traverse l'Altaï, passe sur l'Irtysch, gagne le pays des Kalmouks, puis arrive à Omsk après une absence de vingt mois.

L'académie le nomme académicien extraordinaire le 11 mars 1807.
Le comte Potocki le sollicite pour un voyage dans le Caucase qui commence en septembre 1807. Il y cherche les traces des peuples dits tatares tels que les Khazars, les Comans et les Petchenègues. Il y recueille beaucoup de documentation sur les langues de la région. Il entre dans Tiflis, capitale de la Géorgie le 14 janvier 1808 et y séjourne jusqu'en mars.

Il est rappelé à l'académie qui n'a pas pu envoyer les fonds supplémentaires demandés pour poursuivre l'expédition et arrive, le 11 janvier 1809, à Saint-Pétersbourg, malade, après un voyage éprouvant pendant lequel plusieurs de ses compagnons sont morts.

Malgré des difficultés financières, il fait imprimer, en 1810, le premier volume de ses collections sur les littératures d'Asie, "Archiv für die asiatische litteratur" et trois lettres à M. A. Montucci à Berlin.

Il accepte un poste de professeur à l'université de Vilna, pour y établir une école de langues asiatiques. Il est cependant retenu à Saint-Pétersbourg pour y rédiger le catalogue des manuscrits et livres chinois et mandchous de la bibliothèque de l'académie qu'il termine en 1810.
En décembre, il va à Berlin diriger la gravure des caractères chinois pour cette publication, y reste et abandonne ses responsabilités à l'académie de Saint-Pétersbourg.
En 1814, il visite l'Italie où il reste plusieurs mois, passe par l'île d'Elbe où il rencontre Napoléon, puis vient à Paris (fin 1815) où il se fixe jusqu'à sa mort.
Le baron de Humboldt le recommande au roi de Prusse qui le nomme, le 11 août 1816, professeur des langues et de la littérature asiatiques ; il publie des ouvrages au frais du monarque, tout en pouvant résider à Paris où il poursuit librement ses recherches et ses publications.

Il meurt en 1835.
Il fut membre de la Société asiatique de Paris.

Il a publié :
- Des dissertations dans la Correspondance géographique de M. de Zach à Gotha, pour les années 1799 et 1800.

- Traduction allemande avec des notes de la Dissertation de M. Hager "Sur les inscriptions babyloniennes", Weimar, 1802

- Monument de Yu expliqué, Berlin, 1811, en allemand, fac simile de l'inscription originale, avec des caractères chinois anciens et modernes commenté

- Sur la langue et l'origine des Aghouans ou Afghans, St-Pétersbourg, 1810, en allemand : Klaproth y démontre que les Afghans parlent une langue proche du sanskrit, du persan et du kurde.

- Archives de la littérature, de l'histoire et de la linguistique de l'Asie, St-Pétersbourg, 1810, en allemand ; contient des articles très variés : Le Babur name, langues du Caucase, histoire de l'Arménie...

- Pierre sépulchrale sur la tombe de l'érudition chinoise du docteur Hager, Berlin, 1811, gr. in-8 avec des caractères chinois

- Voyage dans le Caucase et en Géorgie, entrepris en 1807 et 1808, Berlin et Halle, 1812-1814, 3 vol. in-8°, avec planches et cartes, en allemand.
Le dernier volume (Supplément...) est consacré aux langues caucasiennes. Cet ouvrage  a été traduit par F. Shobert en Anglais, 1814
En Français, sous le titre "Voyage au mont Caucase et en Géorgie", Paris, Librairie de Charles Gosselin et Librairie classique élémentaire, 1823 et autre édition :  nouvelle édition, Charles Gosselin, 1836, 2 volumes

- Tableau historique, géographique et politique du Caucase et des provinces limitrophes entre la Russie et la Perse, Paris, Ponthieu et Cie, libraires, Palais-royal, Leipzig, Ponthieu, Michelsen et Cie, 1827 (en Français)

- Sur la langue et l'écriture des Ouigours, Berlin, 1812, gr. in-8 et Paris, 1820, en allemand. L'auteur y montre que les Ouigours sont d'origine turque.

- Description géographique et historique du Caucase oriental, entre le Terek, l'Aragvi, le Kouban et la mer caspienne, Weimar, 1814, grand in-8° : K. n'a pas visité cette région, mais a recueilli de nombreux renseignements auprès des habitants du Caucase.

- Description des provinces russes situées entre la mer Noire et la mer Caspienne, Berlin, 1814, petit in-8°

- Voyage de Guldenstadt en Géorgie et en Imirèrte, Berlin, 1815, in-8°

- Dissertations dans la revue "Les Mines de l'Orient", dans la "Gazette littéraire de Iéna" et dans d'autres journaux.

- Contribution au Mithridates d'Adelung, Berlin, 1817, in-8°

- Mémoires relatifs à l'Asie contenant des recherches historiques, géographiques et philologiques sur les peuples de l'Orient... Paris, A la librairie orientale de Dondey-Dupré et fils, 1826-1828, 3 volumes (en Français)

- Lettre à M. le baron A. de Humboldt, sur l'invention de la boussole, Librairie orientale de Prosper Dondey-Dupré, 1834 (en Français)

- Observations sur les racines des langues sémitiques, Paris, Schubart et heideloff, Leizig, Ponthieu, Michelsen et Cie, 1828 - avec l'ouvrage de Merian, Principes de l'étude comparative des langues (en Français)

- Examen critique des travaux de feu M. Champollion sur les hiéroglyphes, Dondey-Dupré, 1832 (en Français)

- Mémoire sur l'introduction et l'usage des caractères chinois au Japon,et sur l'origine des différens syllabaires japonais; suivi d'un vocabulaire coréen. Extrait du Nouveau journal asiatique, Paris, Imprimerie royale, 1829 (en Français)

- Aperçu de l'origine des diverses écritures de l'ancien monde, ouvrage orné de douze planches gravées en taille-douce, Paris, librairie orientale de Dondey-Dupré Père et fils, 1832 (en Français)

- Tableaux historiques de l'Asie depuis la monarchie de Cyrus jusqu'à nos jours accompagnés de recherches historiques et ethnographiques sur cette partie du monde. Paris, Schubart, éditeur, Librairie de Ponthieu, Palais royal, galerie de Bois, Londres, Treuttel et Wurtz, Stuttgart, Cotta, 1826 - avec un atlas in-folio

- (périodique) Asiatisches magazin, Magasin asiatique ou revue géographique et historique de l'Asie centrale et septentrionale publiée par M. J. Klaproth, Dondey-Dupré Père et fils, 1825 : mémoires sur de nombreux sujets concernant l'Asie.

- (non signé) Relation de la dernière ambassade russe, destinée pour Pékin, Saint-Pétersbourg et Leipzig, 1810, contre le comte de Golowkin

- (polémiques, publiés en français)
    Grande exécution d'automne, N°1, Weston, Pékin, 20e année Kia-King (Paris, 1814)
    Lettres sur la littérature mandchoue, traduites du russe de M. Afanasii Larionowitch Leontiew, Paris, De l'imprimerie de Fain, rue Racine, 1815

- Traductions
    San Koft Tsou Ran to Sets, ou Aperçu général des Trois royaumes, traduit de l'original japonais-chinois par M. J. Klaproth. Paris, printed for the Oriental Translation Fund of Great Britain and Ireland, sold by J. Murray..., 1833

- Participation :
    - Nipon o daï itsi ran ou, Annales des empereurs du Japon traduites par Isaac Titsingh avec l'aide de plusieurs interprètes attachés au comptoir hollandais de Nangasaki, ouvrage revu, complété et corrigé sur l'original japonais-chinois accompagné de notes et précédé d'un aperçu de l'histoire mythologique du Japon, par M. J. Klaproth. Paris, printed for the Oriental Translation Fund of Great Britain and Ireland, sold by Parburry, Allen and Co..., 1834
    - Voyage dans les steps d'Astrakhan et du Caucase. Histoire primitive des peuples qui ont habité antérieurement ces contrées, nouveau périple du Pont-Euxin par le comte Jean Potocki, ouvrages publiés et accompagnés de notes et de tables par M. Klaproth. Paris, Merlin, 1829

Sources :
Biographie des hommes vivants, L. G. Michaud, 1817
Bouillet, Dictionnaire universel d'histoire et de géographie, Hachette, 1858