Imprimer
Catégorie : Dictionnaires
Affichages : 3902

Quelques pages de ce dictionnaire publié d'abord à Izmir, puis par Maisonneuve, un éditeur français spécialisé dans l'Orient.

Nassif Mallouf
Dictionnaire français-turc
, avec la prononciation figurée, par N. Mallouf... 2e édition... corrigée et considérablement augmentée
Paris, Maisonneuve, 1856
In-12, XII-912 p.
Disponible sur Google books et sur BnF Gallica.

Les mots sont en caractères arabes et transcrits en caractères latins. 
Maisonneuve publia, en 1881, une troisième édition (1026 pages avec une nouvelle préface) avec des très nombreux ajouts par Ohannès Saghirian, répétiteur de langue turque à Paris.

Extrait de la préface

Le nouvel ouvrage dont M. N. Mallouf vient d'enrichir la bibliographie orientale parisienne a déjà subi l'épreuve d'une première édition, et , qu'il nous soit permis de le dire, cette épreuve, dont la modestie de l'auteur ne laissait pas de s'effrayer, a été décisive. Publié pour la première fois à Smyrne, il n'y a pas encore sept années, vers la fin de 1849, le Dictionnaire français-turc est devenu, pour ainsi dire, classique sur la matière, et l'empressement avec lequel il a été accueilli par le public, en Turquie et à l'étranger, n'a point tardé à nécessiter de la part de l'auteur une nouvelle édition dont la publication a été confiée aux soins de MM. Maisonneuve et Cie, Paris.
[...]
En effet, il est évident pour quiconque se préoccupe des évènements extérieurs, qu'un lien, qui tend de plus en plus à se rétrécir, rattache désormais l'Europe occidentale à l'Orient, et en particulier à la Turquie. Longtemps avant la guerre qui vient de finir, les intérêts de toute nature engagés dans ce qu'on appelle la question orientale, le travail de réforme qui s'accomplit au sein de l'empire ottoman, et dont les résultats se laissent déjà entrevoir, le développement de nos relations commerciales, l'extension de la navigation à vapeur dans les mers du Levant, la création projetée de grandes lignes de chemin de fer à l'aide des capitaux et de l'industrie de l'Europe, avaient dirigé l'attention des esprits vers la Turquie ; et, à mesure que cette puissance faisait des efforts plus marqués pour se rapprocher de nous, pour s'assimiler nos arts, nos connaissances, notre civilisation, nous cherchions, de notre côté, à l'étudier, afin de la mieux connaître, de nous rendre un compte exact de la situation, de ses ressources, de son avenir.
[...]
Le dictionnaire français-turc, avec les développements que l'auteur lui avait donné dans sa seconde édition de 1845, forme deux gros volumes où figurent non seulement tous les termes usuels de la langue, mais la plupart des termes techniques d'arts, de sciences, de droit, de politique, d'histoire, de géographie, etc. A côté de ces deux volumes, qui réunissent toutes les conditions d'un véritable lexique, mais qui, en raison de leur étendue même, sont d'un prix assez élevé, M. Mallouf conçut le plan d'un simple vocabulaire, qu'il intitula lui-même Dictionnaire de poche, et qui devait contenir tous les mots essentiels de la langue française, avec la traduction figurée, d'abord en caractères turcs, ensuite en lettres françaises, suivant le système mis en usage par M. Bianchi.