Imprimer
Catégorie : Livres et documents sur le Turc
Affichages : 3644

Minas Médici, Grammaire polyglotte contenant les principes des langues arabe, persane, turque et tatare avec des remarques analytiques d'autres langues, par le P. Minas Médici, docteur archimandrite de l'Académie arménienne de St Lazare, supérieur des arméniens catholiques de Karassou-Bazar en Tauride. Venise, imprimerie arménienne de S. Lazare, 1844 - 189 pages

Disponibilité : Google Books

Le titre est répété en caractère cyrilliques. Les explications sont rédigées en Arménien.
Livre premier : Des parties du discours
Livre second : De la construction

Page 137 : exemples de dialogues

Page 150 : exemples

Page 173-189 : petit vocabulaire en diverses langues


Préface (en Arménien, en Français et en Arabe)
Posséder beaucoup de langues, pouvoir les traduire, est une chose si utile, si nécessaire, que nous voyons les linguistes de chaque siècle, de notre siècle surtout, se livrer à des efforts, à un travail incessant, pour mettre au jour toutes sortes d'ouvrages destinés à faciliter l'étude des langues les plus importantes. C'est pourquoi de jour en jour s'est multiplié le nombre des grammaires, des dictionnaires, de tout genre; il en est qui traitent exclusivement d'une langue, de tout ce qui la constitue; il en est qui, par la comparaison des langues entr'elles, simplifient la connaissance des règles applicables à la généralité des langues.
C'est à ce genre de travail que nous sommes voué, sollicité par le désir, bien louable sans doute, de la jeunesse de notre nation. Nous nous sommes appliqué à composer une Grammaire Polyglotte, qui comprit, avec un choix judicieux, celles des langues de l'Asie et de l'Europe, qui l'emportent sur les autres par leur ancienneté, leur richesse, leur beauté, leur utilité, telles que les langues Arabe, Persane, Turque, Arménienne, Française, Russe, Tatare et autres encore.
Cet ouvrage, fruit pénible de nos veilles, entrepris pour la satisfaction des philologues, et surtout pour l'avantage de nos compatriotes, qui, dispersés dans les vastes domaines de la Russie, sont de jour en jour plus portés à l'amour de l'étude, cet ouvrage, tout imparfait qu'il est, nous avons osé le mettre sous la protection du grand Empereur de toutes les Russies ; et comme nous espérons obtenir un regard bienveillant de S. M., de même aussi nous espérons, en causant utilité. plaisir à nos lecteurs, trouver grâce devant eux pour toutes les fautes qui ont pu nous échapper.

INTRODUCTION (en Arménien et en Français)
La grammaire est l'art de parler et d'écrire correctement, d'après les regles de chaque langue; c'est pourquoi notre grammairien Moïse appelle la grammaire [mot en arménien] littérature. Nous l'appelons aussi [mot en arménien], mot qui signifie poésie, du persan kerd, c'est-à-dire, œuvre, composition: parce qu'il y a ouvrage, composition, dans l'arrangement correct d'une langue, dans la combinaison exacte des mots et du discours. Ces dispositions conviennent à la grammaire de toutes les langues, car toutes tendent au même but : cependant ce n'est pas par les mêmes voies que toutes atteignent le but proposé.

Car, quoiqu'en général le fondement de la grammaire soit de lire et d'écrire correctement : ce qui fait qu'on traite d'abord et avant tout des lettres : cependant on ne compte pas au nombre égal ni de la même manière, les parties du discours, c'est à dire les élémens constitutifs des paroles du langage. La plupart des langues ou des grammairiens n'admettent que huit parties du discours, savoir : le Nom, le Pronom, le Verbe, le Participe, l'Adverbe, la Préposition, la Conjonction et l'Interjection. Dans le grec et l'arabe, de là dans l'italien, le français, l'espagnole, on ajoute l'Article : il y a même des langues qui ne reconnaissent que deux parties du discours : le Nom et le Verbe; ainsi de ces deux parties se compose tout le discours. C'est pour cela que la langue arabe considère le verbe comme le fondement du discours.

[Premier livre]
Or, comme notre grammaire est une grammaire polyglotte, et en même temps abrégée, nous avons cru devoir la diviser en deux livres. Dans le premier nous présenterons d'abord la forme des lettres et la mode d'écrire des Arabes, avec la prononciation en turc, en arménien, en français, en russe ; ainsi que la disposition de leurs syllabes, disposition dont se servent aussi les Perses et les Ottomans. Nous ajouterons en outre tout ce qu'il est important de savoir au sujet de l'alphabet des autres nations. Puis nous mettons pour les langues turque, persane, arabe les déclinaisons des noms, ainsi que les pronoms avec les noms partitifs, les conjugaisons des verbes, et enfin les participes, les adverbes, les prépositions, les conjonctions, les interjections. Comme nous avons donné en arménien, rapidement, succinctement des notions générales sur tout, nous avons cru devoir reproduire les exemples aussi en français et en russe.

[Second livre]
Dans le second livre, après avoir exposé les règles de la composition, de la liaison des parties du discours entr'elles, nous avons cité grand nombre d'expressions choisies, de bons exemples, pour montrer les locutions usitées, la manière de dire des langues ottomane, arabe, persane, tatare, le tout accompagné de traductions. Nous espérons que la lecture fréquente et répétée de ces exemples, formera grand nombre de personnes studieuses à l'art difficile de l'écriture et de la lecture pour les langues arabe, persane, ottomane, et à l'exercice, à l'étude de ces langues: étude qui deviendra très facile, si l'on compare les formes des langues connues avec les formes des langues inconnues.

c turquie-culture.fr