Imprimer
Catégorie : Biographies
Affichages : 3852

Evliyâ Çelebi ou Tchelebi, parfois écrit dans les ouvrages, Ewliya Effendi ou Tschélébi, surnommé Seyyah (voyageur) et Hafitz (celui qui sait par coeur le Coran) est une des sources ottomanes les plus précieuses.

Né à Istanbul le 10 moharrem 1020 de l'hégire (1611), mort à Andrinople en 1683.
Fils de Mohammed Derviş, chef de la corporation des orfèvres de Constantinople et d'une femme abaze, dont le frère Melek Ahmed devint grand vizir et s'allia à la famille impériale. Etudie le Coran, la calligraphie, la musique, le persan et l'arabe, et aussi un peu d'hébreu, de syriaque, de grec, et de latin, et des langues parlées dans le Caucase et chez les Kurdes.
Remarqué par Murat IV, il séjourne au Palais à peine un an en 1635.
La même année il s'enrôle dans les Sipahis, et rejoint le corps expéditionnaire envoyé à Erivan.
En 1640, Il visite Bursa, Izmit et part au pays des Abazes. Il suit les côtes de la Mer noire jusqu'à Anapa où il embarque sur la flotte qui va bloquer Azov.
Après la fin du siège, il se rend à Balaklava et rejoint Istanbul.
En 1645, il est chef des muezzins de la flotte qui attaque Candie. A son retour, il devient employé des douanes à Erzurum d'où il explore l'Arménie.

En 1648, Mortedha Pacha l'emmène à Damas, et lui confie des missions à La Mecque, en Egypte, à travers la Syrie et en Asie mineure.
Evilya suit ensuite son oncle Melek Ahmed à Oczakow en 1650, puis à Silistre (Valachie) et à Van.
Il est envoyé à sept reprises en Perse et dans le Djezireh, passe par Tabriz, Amman, Bagdad, Bassora, Koufa, Ormuz, Mossoul, Tikrit.
En 1659, il fait avec son oncle la campagne de Moldavie et de Transylvanie. Celui-ci meurt en 1660, mais Evliya reste dans l'armée jusqu'en 1664.
Il est nommé secrétaire de l'ambassade qui se rend à Vienne sous la direction de Kara Mehmet Pacha. De là, il continue son voyage en Europe qu'il parcourut pendant plus de trois ans : Allemagne, Pays-Bas, Flandre, Danemark, Suède, Pologne, Russie et Crimée.

Il raconte ses voyages jusqu'en 1655 dans le Turikh-i-Seyyah ou Seyahât-Nâme (Histoire ou livre du voyageur) qui est une source précieuse et riche pour les historiens. Il s'intéresse à l'histoire, à la géographie et aux statistiques. Il décrit les établissements publics, les monuments, les lieux de pèlerinage, les tombeaux..., les langues, la religion des habitants, donne les noms de gouverneurs...
L'ouvrage a été traduit par Hammer sous le titre "Narrative of travels in Europa, Asia and Africa in the seventeenth century by Evlya-Efendi, translated from the turkish", le premier volume en 1834-1846 et le second en 1850 (voir ci-dessous).

 

 

 
Volumes 1 et 2 de la traduction


Des extraits traduits en Français ont été publiés sous le titre La Guerre des Turcs. Récit de batailles.