Imprimer
Catégorie : Gens de Turquie
Affichages : 2680

La conscription est très importante en Turquie, à la fois d'un point de vue militaire et d'un point de vue social. L'appelé, le mehmetçik (que l'on peut traduire par "petit Mehmet") est populaire et, comme en France quand existait le service militaire, il aime à garder, sur des photographies, le souvenir de son service.

En 2014, il y avait plus de 200000 soldats de métier et  plus de 450000 appelés, ce qui fait de l'armée turque, la deuxième armée de l'OTAN en effectif et une des 10 plus puissantes armées du monde.

Le soldat de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, mal habillé, mal équipé et mal nourri, est le héros des guerres balkaniques, de la Première guerre mondiale et de la Guerre d'indépendance. Dans l'iconographie populaire ou sur les monuments, on trouve souvent ces images de soldats résistant vaillamment face à l'ennemi et libérant leur pays.
L'avènement de la république a modifié la donne : la loi du 21 juin 1927 donne un cadre précis au service militaire. Par ailleurs, l'armée devient le gardien des valeurs républicaines et kémalistes, de l'intégrité du territoire,  l'organisation et l'équipement sont largement améliorés.

Istanbul,  Lycée Taşkışla à Istanbul, 1er décembre 1937. Ce bâtiment construit à Şişli au milieu du XIXe siècle fut une école de médecine.

Le service militaire est une étape importante dans la vie du jeune turc. Comme c'était le cas en France, c'est, pour les garçons, comme un rite de passage de l'adolescence à l'âge adulte. Quand vous avez effectué votre service, vous êtes réellement un homme adulte. 

Il n'y a aucune exemption pour charge de famille, il est obligatoire (de 18 à 41 ans), sauf si vous avez travaillé au moins 3 ans à l'étranger et que vous payez le droit de ne pas faire de service militaire. Il dure entre 12 et 15 mois, il n'est pas facile et les conscrits qui peuvent être envoyés dans les zones de conflit sont parfois victimes d'accrochage. La presse écrite et audiovisuelle ne manque pas alors de rendre compte des obsèques de ces héros modernes. 

Soldats devant le lycée Haydarpasa, 10 juillet 1939

Simple Image Gallery Extended

Enterrements

Simple Image Gallery Extended

Officiers

Simple Image Gallery Extended

Aviateurs

Simple Image Gallery Extended

 

Notes sur les photographies

Ces photographies, à l'exception de celle des funérailles, où les soldats portent le cercueil recouvert du drapeau turc, témoignent de l'insouciance de la jeunesse...

En août 1937, à la veille de la IIe guerre mondiale, l'armée turque effectua des manoeuvres en Thrace, manoeuvres auxquelles assistait Mustafa Kemal Atatürk et qui montraient la préparation du pays en cas d'agression. A noter, la légende manuscrite de la photo, avec "Tirakya" à la place de "Trakya" qui illustre la difficulté des Turcs à prononcer la séquence "tr"... en début de mot.

A lire : Sümbül Kaya, La production militaire du citoyen. Sociologie politique de la conscription en Turquie, thèse Université Paris I, Panthéon-Sorbonne, 2013, 416 pages