Les monuments d'Istanbul sont de pierre, ses maisons en bois.
Les maison de bois résistent mieux aux tremblements de terre, mais elles furent souvent détruites par le feu, à tel point que le sultan organisa en 1719 un corps de pompiers (tulumbacι, en turc moderne itfaye) prêts à intervenir pour empêcher toute extension des incendies.

Dans son Constantinople (1856), Théophile Gautier écrit : " ... l'incendie peut être considéré comme un fait normal... Une maison ayant une soixantaine d'années de date est une rareté."
A la fin du XVIIe siècle, "un incendie dévora mille maisons et trois cent vingt-cinq boutiques" (Hammer, Histoire de l'empire ottoman, Tome XII, 1838).

Il reste toutefois à Istanbul de superbes maisons de bois datant de la première moitié du XXe siècle : villas en ville ou sur l'île de Büyükada, yalι(s) le long du Bosphore ( le yali est une villa avec accès sur la mer), parfois en mauvaise état.

  • Edirne_ev
  • buyukada_ev1
  • buyukada_ev2
  • buyukada_ev3
  • buyukada_ev4
  • istanbul-yali-ruine
  • istanbul_ev
  • istanbul_ev1
  • istanbul_ev2
  • istanbul_ev3
  • istanbul_ev4
  • istanbul_ev5
  • istanbul_ev6
  • istanbul_ev7
  • istanbul_ev8
  • istanbul_ev_detail
  • istanbul_yali1
  • istanbul_yali2
  • istanbul_yali3

Simple Image Gallery Extended

Dans les villages de Turquie, le bois fut aussi un matériau de construction fréquemment utilisé, parfois associé à la pierre ou à la terre. Certaines municipalités en ont entrepris la restauration, pour valoriser le patrimoine et développer le tourisme culturel.

  • DSCN7845
  • DSCN7866
  • koy_ev1
  • koy_ev2
  • koy_ev3

Simple Image Gallery Extended