Cet étrange monument, édifié au centre de la place al Marjeh (Merce Meydanı en Turc, transcrit parfois Merdjé en Français) à Damas en 1904-1905 à la demande du sultan Abdul Hamid II, célèbre l'ouverture de la première ligne télégraphique entre Damas et Médine, et l'ouverture de la branche de la ligne de chemin de fer du Hedjaz arrivant à Damas. 

La Syrie faisait, à cette époque, partie de l'empire ottoman et représentait une région stratégique pour le sultan.
Ce monument fut dessiné par l'architecte Raymondo d'Aronco (1857-1932), connu pour ses constructions à Istanbul.
C'est une colonne de bronze posée sur une base de granit noir avec, au sommet, la maquette de la mosquée Hamidiye de Yildiz.

Elle symbolise la politique pro-arabe et pan-islamique du sultan Abdülhamid II qui souhaitait développer les provinces arabes et mieux les relier à la capitale ottomane.

Carte postale photographique datant des années 1920-1930. La Syrie est alors passé sous mandat français.

Aronco avait de nombreux projets architecturaux pour Damas qui ne furent jamais réalisés.

  • damas-merce-1920-1
  • damas-merce-1920-1a
  • damas-merce-1920-1b
  • damas-merce-1920-1c
  • damas-merce-1920-1d
  • damas-merce-1920-2

Simple Image Gallery Extended